Accusée d'avoir tué son père, Denis-Damée est libérée

Me Denis Otis est très satisfait que Stacey... (Photo Le Quotidien, Louis Potvin)

Agrandir

Me Denis Otis est très satisfait que Stacey Sikounik Denis-Damée soit libérée pour suivre une thérapie pour vaincre sa dépendance à l'alcool et à la drogue, bien qu'elle fasse face à des accusations de meurtre.

Photo Le Quotidien, Louis Potvin

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Louis Potvin
Le Quotidien

Stacey Sikounik Denis-Damée, cette autochtone qui aurait poignardé son père à mort, recouvre sa liberté pour suivre une thérapie destinée à vaincre sa dépendance à l'alcool et à la drogue.

Même si le juge de la Cour supérieure, Raymond Pronovost, considère que le meurtre au premier degré représente le crime le plus grave qui soit, il juge que la jeune femme de 21 ans a le droit d'avoir une chance de se sortir des griffes de l'alcool et de la drogue.

Entrevue avec l'avocat de la défense

Il ne croit pas que la confiance du public envers la justice sera brisée. Le fait que la femme ait été baignée dans une famille où la consommation était quotidienne a nui à son cheminement. 

En fait, elle a commencé à fumer de la marijuana à l'âge de 10 ans. Deux ans plus tard, c'était les amphétamines et l'alcool. Stacey Sikounik Denis-Damée a affirmé que sa problématique s'est installée dès l'âge de 14 ans. À 18 ans, elle buvait et consommait de la drogue tous les jours jusqu'à son arrestation, le 28 juin 2015 à Obedjiwan.

«Vous avez une chance inouïe de vous prendre en main. Nous vous faisons confiance, ne brisez pas cette confiance», a lancé le juge Pronovost à la prévenue.

Coup fatal

C'est au cours de cette nuit du 28 juin qu'elle aurait asséné un coup de poignard fatal à son père Alfred. Selon la preuve divulguée mardi, Stacey Sikounik Denis-Damée n'acceptait pas que son père fréquente une autre femme. Elle aurait déjà affirmé vouloir le tuer. Lors de cette soirée fatidique, elle et sa mère se sont dirigées au domicile de l'autre femme pour aller chercher Alfred Denis-Damée. Des disputes auraient éclaté sur place et au retour.

Rendu à la maison, le père aurait regagné sa chambre. Stacey Sikounik Denis-Damée a fait la même chose. Selon quelques témoins, elle aurait surgi de sa chambre pour entrer dans la chambre de son père munie d'un poignard. 

C'est à ce moment qu'elle l'aurait poignardé une fois au thorax devant sa mère. La blessure a été fatale.

Quand les policiers sont arrivés sur les lieux, du sang de la victime se trouvait sur les pantalons de la femme de 21 ans. Une policière l'a entendue en langue atikamekw avouer son crime. Elle l'a aussi confessé lors d'une déclaration aux policiers. 

Préméditation?

L'avocat de Stacey Sikounik Denis-Damée, Denis Otis, pense que la préméditation du geste sera à défendre dans un éventuel procès. Avant de poursuivre, il voulait que la femme puisse suivre une thérapie pour qu'elle soit en meilleure condition pour la suite des procédures. 

«Je suis très satisfait. Le juge a vu que nous avions rassemblé des conditions solides et que notre plan de réhabilitation était bien ficelé. C'est la première fois en 17 ans de pratique que je vois une personne autochtone verser une aussi grosse somme en garantie», a-t-il indiqué.

Caution

C'est justement le fait que la propriétaire d'une auberge pour Atikamekws de Roberval, Florence Jean-Pierre, ait accepté de verser une caution de 7000$ pour se porter garante de la bonne conduite de la femme de 21 ans qui a influencé le juge dans sa décision. 

Elle l'hébergera si elle obtient des permissions pendant sa cure de six mois à la maison Carignan de Trois-Rivières.

Stacey Sikounik Denis-Damée devra revenir devant un juge pour obtenir une prolongation de sa remise en liberté si sa conduite est considérée exemplaire après sa thérapie.

Évidemment, la femme ne se soustrait pas à la possibilité de purger une longue peine.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer