Arrêté lors de l'opération Modeste

Pascal Garand-Dion écope de 27 mois

Pascal Garand-Dion, impliqué dans l'opération Modeste, va purger une peine de... (Photo 123RF)

Agrandir

Photo 123RF

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Louis Potvin
Le Quotidien

Pascal Garand-Dion, impliqué dans l'opération Modeste, va purger une peine de 27 mois dans un pénitencier pour avoir fourni de la cocaïne au réseau de vente de drogue qui oeuvrait dans le secteur Roberval.

Une peine jugée sévère par son avocat Sylvain Morissette. « Je trouvais qu'il méritait moins, car j'avais soulevé des cas similaires de peines données au Saguenay-Lac-Saint-Jean qui oscillaient entre 12 et 15 mois. Oui, c'est un crime grave, mais son implication était moindre que les têtes du réseau. C'est une peine sévère, mais qui ne justifie pas une demande d'appel », a-t-il déclaré à la suite du prononcé de la peine par le juge Pierre Simard, au Palais de justice de Roberval.

Ce dernier s'est rapproché de la proposition de la Couronne qui avait plaidé une peine de 36 mois lors des représentations sur la sentence tenue en décembre. La procureure Amélie Savard jugeait que son rôle était aussi important que les têtes dirigeantes. Le nombre de livraisons et la substance fournie (cocaïne) ont constitué des facteurs aggravants.

Me Morissette a rappelé que son client n'avait pas d'antécédent judiciaire et qu'il s'était fait embarquer dans cette histoire par Daniel Tremblay parce qu'ils avaient déjà travaillé ensemble. De plus, il était vulnérable, car il souffrait du suicide de son parrain et s'était réfugié dans la drogue et l'alcool.

Garand-Dion, qui habitait Québec, a échangé de la cocaïne à une quinzaine de reprises avec le réseau dirigé par Daniel Tremblay et Dany Flamand. C'est lors d'une intervention, le 12 décembre 2013, que Garand-Dion a été intercepté une première fois. À ce moment, la quantité saisie était de deux onces de cocaïne. Il a été remis en liberté puis arrêté de nouveau lors de la rafle du 21 mai 2014 qui a mené à l'arrestation de 11 personnes dans le cadre de l'opération Modeste.

Il s'agit de l'un des derniers accusés liés à cette opération à recevoir sa sentence. Les principaux accusés dans l'opération Modeste, Daniel Tremblay et André Lalancette, purgent des peines de plus de trois ans.

Procès devant jury

La dernière accusée liée à l'opération Modeste Maxime Léveillé-Bergeron subira un procès devant jury à compter du 21 mars pour faire face à des accusations de trafic de stupéfiants. C'est la procédure que lui a suggéré de prendre son avocat, Me Louis Belliard. Le procès pourrait durer deux semaines.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer