Michaël Bergeron plaide coupable

Michaël Bergeron regrette ce qu'il a fait, mais... (Archives Le Quotidien)

Agrandir

Michaël Bergeron regrette ce qu'il a fait, mais il admet qu'il a réagi fortement après avoir su que son fils avait été pris à la gorge par un voisin.

Archives Le Quotidien

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Même s'il prétend toujours ne pas avoir frappé sa victime sourde et muette, Michaël Bergeron a tout de même plaidé coupable d'accusations de voies de fait causant des lésions et d'introduction par effraction.

Le 23 novembre dernier, à la Place des maires dans le secteur de Kénogami, à Jonquière, Bergeron s'est rendu au logement de l'homme de 76 ans, l'a pris par le collet pour le sortir à l'extérieur et l'a projeté au sol. S'apercevant qu'il s'agissait d'un vieil homme (76 ans), Bergeron a tenté de relever sa victime, mais celle-ci s'est débattue. Lorsqu'il y est parvenu, Bergeron a repoussé l'homme dans son logement.

Cette altercation est survenue après que l'enfant de l'accusé et un autre enfant aient été pris à partie par le septuagénaire. En fait, la preuve démontre que l'homme a pris les enfants à la gorge afin de leur faire savoir qu'il ne voulait plus les voir à proximité de son logement.

Si le client de Me Julien Boulianne reconnaît être entré dans l'appartement sans permission et d'avoir jeté l'homme au sol, il nie l'avoir battu à coups de pied et de poing, comme le prétend l'accusation.

«Mon client reconnaît qu'il a mal réagi. Mais lorsque son enfant est arrivé à la maison en pleurant et en disant que le voisin l'avait étranglé, monsieur s'est emporté. Il a effectivement sorti la victime de son logement et l'a jeté au sol. Mais en s'apercevant qu'il s'agissait d'un homme âgé, il a voulu le relever, mais la victime s'est débattue. Mon client me dit qu'il ne l'a jamais frappée», a expliqué Me Boulianne.

En contrepartie, Me Audrey Allard, de la Couronne, dit qu'elle présentera des photographies des marques sur le corps de la victime afin de démontrer qu'elle a été frappée.

Ces derniers aspects seront débattus lors des représentations sur sentence fixées au 16 mai. D'ici là, un rapport présentenciel sera préparé afin de mieux connaître l'individu.

Michaël Bergeron a aussi plaidé coupable à une conduite pendant interdiction, qui est survenue quatre jours après l'altercation, et à un bris de condition.

Concernant la victime dans cette affaire, des plaintes de voies de fait ont aussi été déposées contre leseptuagénaire en lien avec le fait qu'il a pris les deux enfants à la gorge. Il restera à voir si des accusations seront portées.

Jimmy Caouette: encore un peu de prison

(SB) - Même s'il trouve les conditions d'incarcération à la prison de Roberval difficiles, Jimmy Caouette devra y passer encore un peu de temps avant de penser à retrouver sa liberté.

Le juge Pierre Lortie, de la Cour du Québec, a imposé une peine de six mois de prison à l'homme de 41 ans pour ses deux accusations de conduite avec les facultés affaiblies (31 mai et 27 juin 2015) et pour six bris de condition. Le tribunal a retenu la suggestion de la Couronne pour la sentence.

Le client de Me Charles Cantin a purgé 80 jours d'emprisonnement depuis sa première arrestation, le 27 juin. Le magistrat lui a accordé un ratio de 1,5 jour de prison pour chaque journée de détention préventive, ce qui signifie qu'il a déjà passé l'équivalent de quatre des six mois derrière les barreaux. Caouette, 41 ans, devrait avoir droit à une liberté conditionnelle sous peu. Il devrait rester en prison entre 10 et 40 jours.

La semaine dernière, Caouette s'était plaint des conditions de détention à la nouvelle prison de Roberval. En somme, il a dénoncé les longs délais entre son réveil à 5h45 et son retour au centre vers 21h30, tout ça pour avoir pu passer devant le juge durant quelques minutes seulement. Lorsqu'il est arrivé à sa cellule, il a eu droit à un repas froid et n'a pas pu préparer son dossier avec son avocat.

Lors des représentations sur sentence, Me Cantin avait plaidé à ce moment pour obtenir un crédit supplémentaire pour les journées passées en prison, ce que le juge Lortie a finalement reconnu.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer