Actualités judiciaires

Jean-François Migneault s'en va en prison pour les 12 prochains mois. Et dès sa... (Archives Le Quotidien)

Agrandir

Archives Le Quotidien

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Jean-François Migneault s'en va en prison pour les 12 prochains mois. Et dès sa sortie, il aura droit, à sa propre demande, à une période de probation de 18 mois et à un suivi probatoire de 12 mois.

Douze mois pour Migneault

Le client de Me Dominic Bouchard a plaidé coupable à deux séries d'événements survenus le 6 décembre et les 1er et 2 janvier pour des bris de probation, des voies de fait armées, de l'intimidation et des méfaits.

Les premiers faits reprochés concernent deux bris de probation commis en décembre.

Ensuite, Migneault, qui a 33 ans, a connu sa période de désorganisation. Il a d'abord brisé une porte de verre à la Tabagie 500. Les policiers de Saguenay l'ont arrêté et remis en liberté sous une promesse de comparaître. Ramené à la maison Ressac, Migneault a tenu des propos décousus. Les agents ont été rappelés.

Amené à l'hôpital de Chicoutimi, il voulait sa médication. Mais il en voulait davantage. Comme on refusait de répondre à sa demande, il s'est fâché. Migneault a brisé un bac rouge en plastique, en a pris un morceau pointu et a menacé le personnel. Il a même arraché une toilette de son socle pour la lancer dans la vitrine du bureau du personnel.

Incarcéré depuis le 4 janvier, le Chicoutimien a vu le juge Richard P. Daoust lui imposer une sentence de 12 mois de prison. Lorsque le magistrat s'est informé sur la nécessité d'une probation, Migneault a pris les devants et a même demandé à avoir droit à un suivi. «Ça va être utile», a-t-il dit.

L'individu présente une fiche impressionnante devant le tribunal. Sa dernière peine de neuf mois s'était terminée en septembre dernier.

Migneault avait fait parler de lui en 2008 en s'échappant de la prison d'Orsainville. Il avait orchestré une histoire afin de se rendre dans une maison de thérapie. Il avait quitté la prison dans un taxi, mais avait été repris rapidement par les autorités carcérales.

Loi électorale: deux condamnations

(MYRIAM GAUTHIER) Deux personnes de la région ont été condamnées à payer une amende de 500$ pour avoir contrevenu à la loi électorale municipale.

Claude Guy, de Saint-Prime, qui s'est présenté comme candidat aux élections municipales de novembre 2013, a omis de transmettre au Directeur général des élections (DGE) la liste des personnes lui ayant fait un don de 100 $ ou plus. M. Guy a reconnu sa culpabilité à la suite des poursuites intentées en vertu de la Loi sur les élections et les référendums dans les municipalités (LERM).

Dany Dallaire, de Saint-Gédéon, a aussi dû faire face à des poursuites pénales pour ne pas avoir conservé les documents électoraux requis pendant l'année suivant les mêmes élections, alors qu'il agissait comme président d'élection et secrétaire-trésorier dans sa municipalité. Il a contesté les accusations avant d'être condamné à payer l'amende.

Alcool au volant

(MYRIAM GAUTHIER) Deux personnes ont été arrêtées pour avoir conduit avec les facultés affaiblies, dans la nuit de jeudi à vendredi, à Saguenay.

Une femme de 74 ans a été arrêtée après avoir percuté la clôture du dépanneur Couche-Tard de la rue Bagot, à La Baie, vers minuit. Son taux d'alcool dans le sang dépassait trois fois la limite permise par la loi.

Un peu plus tôt, à 22h30, à Chicoutimi, les policiers de Saguenay avaient arrêté un homme de 37 ans sur le boulevard Saguenay qui présentait un taux d'alcool dans le sang deux fois plus élevé que la limite légale. Il s'agit dans son cas d'une première infraction pour alcool au volant.

Toujours recherchée

(MYRIAM GAUTHIER) Isabelle Lévesque, 33 ans, de La Baie, est toujours recherchée par les policiers de Saguenay, depuis qu'elle a quitté l'Hôpital de Chicoutimi jeudi vers 14h.

La mère d'un jeune enfant y était hospitalisée pour des problèmes dépressifs. Ses proches partagent sa photo sur les réseaux sociaux pour tenter de la retrouver.

«Nous n'avons eu aucune nouvelle information hier (vendredi). Une personne qui croyait l'avoir vue s'est manifestée, mais les policiers ont vérifié et il s'agissait d'une fausse alerte, a indiqué hier soir au Quotidien Jean-Jacques Conné, un ami d'Isabelle. On fait ce qu'on peut pour aider à la retrouver.»

La population est invitée à communiquer toute information à la Sécurité publique de Saguenay au 418-699-6000.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer