Ivre et endormi derrière le volant

Un homme a été arrêté, très tôt jeudi matin, alors qu'il dormait derrière le... (Photo 123RF)

Agrandir

Photo 123RF

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Patricia Rainville
Le Quotidien

Un homme a été arrêté, très tôt jeudi matin, alors qu'il dormait derrière le volant de son véhicule, le moteur en marche. Les policiers l'ont contraint à subir l'ivressomètre, qu'il a échoué. Il a soufflé près de deux fois la limite d'alcool permise dans le sang.

Le conducteur a été appréhendé vers 4 h 30, sur la rue Wilson, à Shipshaw. L'homme de 20 ans s'était assoupi près de la source d'eau, laissant le moteur de son véhicule en marche. Se doutant que quelque chose clochait, des patrouilleurs qui passaient par là l'ont réveillé et lui ont fait passer le test.

L'individu a ensuite été amené au poste et fera face à des accusations de conduite avec les facultés affaiblies. Il a été relâché sous promesse de comparaître.

Rappelons qu'il est interdit de se trouver derrière le volant d'un véhicule, qu'il soit en marche ou non, en état d'ébriété.

Drogué au volant?

Un autre jeune homme a été arrêté, dans la nuit de mercredi à jeudi, à Chicoutimi. Les policiers ont constaté la conduite erratique de l'homme, qui circulait sur la rue Murdock. Ils l'ont intercepté, avant de lui faire subir l'alcootest. Toutefois, il n'y avait pas de présence d'alcool dans son sang.

«Le jeune homme avait une démarche chancelante et de la difficulté à s'exprimer. Devant ces symptômes, les agents lui ont fait passer des tests de dépistage de drogue. Les tests seront analysés en laboratoire et nous saurons si l'individu a conduit avec les facultés affaiblies par la drogue», a expliqué le porte-parole de la Sécurité publique de Saguenay, Bruno Cormier.

Pas de taux maximum

Soulignons qu'il n'existe pas de taux maximum de drogue permis dans le sang pour conduire une voiture, comme c'est le cas avec l'alcool. Il est complètement interdit de prendre le volant intoxiqué.

Toutefois, les agents font subir ce genre de tests uniquement si l'individu présente des symptômes, comme une démarche chancelante ou une conduite erratique, par exemple.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer