Deux octogénaires fraudés

Jonathan Bergeron et Sylvie Petitpas doivent répondre d'accusations de fraude... (Photo 123RF)

Agrandir

Photo 123RF

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Jonathan Bergeron et Sylvie Petitpas doivent répondre d'accusations de fraude de 60 000 $ envers un couple d'octogénaires de Chicoutimi.

Le couple a comparu, par le biais de leurs avocats respectifs, mardi matin, devant le juge Maurice Abud, de la Cour du Québec.

Le 27 août dernier, l'enquêteur Charles Parent, de la Sécurité publique de Saguenay (SPS), a mené une perquisition à leur domicile, à Chicoutimi. Il a pu déposer des accusations en lien avec la fraude réalisée entre le 20 juin et le 12 août 2015.

Les deux personnes âgées de 89 et 82 ans avaient mis toute leur confiance en Bergeron. Celui-ci avait réussi à se lier d'amitié avec le couple d'octogénaires et leur offrait ses services afin de leur faciliter la vie. Le climat de confiance s'est établi au point où Bergeron a obtenu les cartes de crédit et de débit (ainsi que le NIP) de ses victimes.

Bergeron, représenté par Me Jean-Marc Fradette, et Petitpas, qui a retenu les services de Me Jean-René Brodeur, ont acheté des bijoux d'une valeur de 10 000 $, une voiture de 8000 $, des repas au restaurant, des séjours à l'hôtel et ont joué dans les machines à sous.

« Le fils et la belle-fille du couple se sont interrogés sur le fait que les parents n'avaient pratiquement plus un sou dans leur compte de banque. Ils ont alors posé des questions à l'institution financière. C'est là que la plainte a été déposée », avait alors expliqué l'enquêteur Parent.

Une fois la perquisition menée, les policiers ont récupéré les bijoux et la voiture. La perte nette pour les victimes s'élève à environ 50 000 $ pour une courte période de deux mois.

Lorsque la dame a été rencontrée par l'enquêteur de la SPS, elle disait ne pouvoir croire que Jonathan Bergeron avait pu agir ainsi. L'octogénaire a compris lorsque les policiers lui ont ramené son porte-monnaie, qu'elle croyait avoir perdu, qu'ils avaient retrouvé dans l'appartement de Bergeron. Le dossier doit revenir le 11 mars.

Le couple Bergeron-Petitpas, qui possède des antécédents judiciaires, n'en a pas fini avec la justice. Bergeron, âgé de 31 ans, est accusé d'une fraude envers une salle de réception.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer