Roger Belley a oublié ses crimes

Roger Belley a connu une période difficile en... (Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque)

Agrandir

Roger Belley a connu une période difficile en novembre 2014 en raison notamment des nombreuses heures qu'il mettait à son travail de nettoyeur de motorisés.

Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Roger Belley a connu une soirée particulière, le 20 novembre 2014. Au point où il ne se souvient à peu près pas de sa fugue. Mais cela ne l'a pas empêché de plaider coupable à un vol simple, une menace, à une possession de méthamphétamine et d'un vol qualifié devant le juge Jean Hudon.

L'homme de 55 ans, de Saint-Ambroise, a vécu ses difficultés en entrant au magasin Canadian Tire de Chicoutimi. Le gardien de sécurité et un employé ont reconnu celui qui avait volé une paire de bottes, la veille, mais qui avait réussi à leur échapper. Belley, le propriétaire du commerce Le Géant du lavage (de motorisés) à Saint-Ambroise et à Saint-Nicolas, a été intercepté par le gardien de sécurité et ce dernier lui a demandé de revenir à l'intérieur. Il lui a ordonné de remettre ce qu'il avait pris. Il a laissé des sous-vêtements thermiques et des semelles chauffantes. Il avait aussi dérobé une autre paire de bottes, mais les employés ne l'avaient pas vu faire.

Durant la discussion, Belley s'est fait dire qu'il avait subtilisé des bottes la veille et qu'il avait été reconnu.

Il n'a pas aimé cette allégation et a décidé de quitter le magasin.

Les deux employés l'ont suivi. L'accusé n'a pas apprécié. Lorsqu'il a su que la sécurité voulait prendre le numéro de plaque de son camion, le client de Me Julien Boulianne a décidé de prendre la poudre d'escampette. Il a traversé le boulevard Talbot à la course et s'est rendu dans le stationnement du commerce Archambault.

C'est là qu'il aurait montré la pointe d'un couteau (élément contesté) à un individu en lui disant de sortir de sa voiture. Il s'est sauvé sur quelques centaines de mètres avant de débarquer du véhicule.

Les policiers ont été appelés pour deux événements majeurs survenus en même temps. Ils ont ratissé le secteur et ont retrouvé Belley, qu'un citoyen s'apprêtait à reconduire dans le stationnement de Place du Royaume.

«Mon client était désorganisé. Il n'y avait aucune cohérence dans ce qu'il a fait. M. Belley n'a plus aucun souvenir ou presque de ce qui s'est passé. Il a fait trois semaines de détention et a ensuite suivi une thérapie de six mois. Les choses vont mieux maintenant», a raconté Me Boulianne.

Un rapport présentenciel a été demandé afin de comprendre ce qui a pu se passer les 19 et 20 novembre. Le dossier reviendra en cour le 15 juin.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer