Abus de confiance sur un handicapé

André Gagnon a plaidé coupable à des accusations d'abus de confiance sur une... (Photo 123RF)

Agrandir

Photo 123RF

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Louis Potvin
Le Quotidien

André Gagnon a plaidé coupable à des accusations d'abus de confiance sur une personne à des fins d'ordre sexuel.

L'homme de Saguenay dans la cinquantaine a fait des attouchements et une fellation à un adolescent fréquentant une résidence du Centre de réadaptation en déficience intellectuelle et en troubles envahissants du développement du Saguenay-Lac-Saint-Jean (CRDITED).

André Gagnon, qui était alors responsable d'une maison qui héberge des personnes avec une déficience intellectuelle, avait décidé d'amener la victime à son chalet de Chambord pour qu'il se repose. Il s'est couché avec lui dans un lit pour le caresser et lui faire une fellation.

Comme il ne s'agit pas d'accusation d'agressions sexuelles, Gagnon pourrait éviter de faire de la prison. Les représentations sur la sentence auront lieu le 25 mai, le temps de réaliser une évaluation sexologique de l'individu.

Jean-François Turcotte en liberté

(Stéphane Bégin) - L'Ambroisien Jean-François Turcotte peut reprendre sa liberté en attendant sa sentence pour une conduite avec les facultés affaiblies causant des lésions et un délit de fuite.

L'individu de 50 ans a plaidé coupable aux accusations déposées contre lui. Le juge Jean Hudon, de la Cour du Québec, a demandé la confection d'un rapport présentenciel et il rendra sa décision le 15 juin.

Le soir du 25 novembre 2014, Turcotte a percuté le véhicule de deux étudiants qui rentraient chez eux à Alma. Les deux victimes ont aperçu la voiture de Turcotte dans leur voie. Ils ont « flashé » les phares afin de l'aviser. Mais voyant qu'il mettait du temps à réagir, les étudiants ont décidé de changer de voie, ce que l'accusé a fait au même moment. Le face à face est devenu inévitable.

Au lieu de demeurer sur place et de s'enquérir de l'état de santé des occupants, Turcotte a pris la fuite. Il a ramené sa voiture chez un ami où il avait consommé de la boisson avant l'accident. Toutes les preuves étaient contre le client de Me Boulianne.

Le juge Hudon a accepté de remettre l'accusé en liberté en attendant le rapport présentenciel.  À sa sortie de prison, Turcotte devra se rendre à la Maison des sans-abri de Chicoutimi.

Même si le juge lui accorde sa remise en liberté, Turcotte ne sait pas à quel moment il pourra la reprendre étant donné qu'il a été condamné à 30 jours de prison le 14 janvier dernier pour ne pas avoir fait 100 heures de travaux communautaires dans une histoire de voies de fait à Québec. Il devrait être libéré sous peu de cette infraction.

Le dossier reviendra le 15 juin pour les représentations sur sentence.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer