Éric Castonguay doit revenir en cour aujourd'hui

Vingt-quatre heures à peine après avoir obtenu le report de sa peine - pour... (Archives Le Quotidien)

Agrandir

Archives Le Quotidien

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Vingt-quatre heures à peine après avoir obtenu le report de sa peine - pour conduite avec les facultés affaiblies et possession de stupéfiants - au 5 février, Éric Castonguay s'est fait arrêter pour du « harassement » téléphonique et du harcèlement.

En liberté depuis la fin de sa thérapie, en juin 2015, l'individu de 32 ans est réapparu jeudi matin, au Palais de justice de Chicoutimi.

Le nouveau client de Me Sophie Bergeron avait retenu l'attention des policiers en septembre 2014. Au guidon d'une moto de type racer, il avait roulé à une vitesse excessive. Surpris par les policiers, il s'est sauvé, puis a été rattrapé plus loin. Son taux d'alcool dans le sang était de .179 et il n'avait pas le permis nécessaire pour conduire la motocyclette. Et il avait 1,09 gramme de cannabis en sa possession.

L'homme de Saint-Honoré a complété une thérapie avec succès. Celle-ci n'a pas été facile, mais il y est parvenu.

Mercredi, les deux avocats au dossier ont accepté de remettre la sentence au 5 février.

Finalement, en raison des nouvelles accusations, Castonguay reviendra aujourd'hui devant le tribunal afin de régler ses dossiers judiciaires.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer