Menottes aux poignets, elle prend la fuite

Menottes aux poignets et sans crier gare, Anouk Dominique est parvenue à... (Photo 123RF)

Agrandir

Photo 123RF

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Menottes aux poignets et sans crier gare, Anouk Dominique est parvenue à fausser compagnie à deux policiers de la Sécurité publique de Saguenay à l'intérieur même du Palais de justice de Chicoutimi.

L'histoire s'est produite mardi en fin d'après-midi. La femme de 34 ans, qui demeure sur la rue Bossé à Chicoutimi, a comparu pour répondre d'accusations de voies de fait, de menaces et de bris de condition. Et elle sera maintenant accusée d'évasion d'une garde légale à la suite de sa brève escapade.

Selon les informations obtenues, la cliente de Me Sophie Bergeron était accompagnée de deux policiers de la SPS. À la fin de sa comparution, Anouk Dominique devait être ramenée vers la détention du Palais de justice de Chicoutimi par les agents.

«Nos agents ont dû utiliser l'ascenseur du public pour descendre au rez-de-chaussée. Lorsque les portes se sont ouvertes, Mme Dominique leur a faussé compagnie. Elle s'est sauvée (menottes aux poignets) à la course. Elle a utilisé un escalier et s'est retrouvée à l'extérieur du palais», explique Bruno Cormier, porte-parole de la SPS, lors d'un entretien téléphonique avec Le Quotidien.

Un des agents impliqués dans cette affaire a même demandé à une dame, qui sortait du stationnement avec sa voiture, de l'embarquer afin de l'aider à rattraper la fuyarde.

«Nos policiers l'ont poursuivie et sont parvenus à la rattraper quelques minutes plus tard», a indiqué M. Cormier.

Celui-ci confirme qu'une accusation d'évasion d'une garde légale devrait être déposée vendredi contre l'accusée.

Cette mésaventure aurait pu être évitée si les policiers avaient pu utiliser l'ascenseur intérieur réservé aux accusés. Mais pour une raison qui n'a pas été dévoilée, ils n'ont pu le faire.

«De plus, une enquête interne sera menée par nos services afin de comprendre ce qui a pu se produire. Et surtout pour éviter qu'une pareille situation ne puisse se reproduire», conclut Bruno Cormier.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer