Attouchements sexuels: Gaudreault-Beaulieu en prison

Cette fois-ci, Jonathan Gaudreault-Beaulieu réfléchira en prison aux... (Photo 123RF)

Agrandir

Photo 123RF

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Cette fois-ci, Jonathan Gaudreault-Beaulieu réfléchira en prison aux conséquences d'avoir une relation sexuelle complète avec une enfant de 13 ans.

L'individu de 21 ans a reconnu sa culpabilité à des attouchements sexuels sur une mineure et d'incitation à des contacts sexuels. Après la relation sexuelle, il a demandé à la jeune fille de lui faire une fellation. Si elle avait finalement cédé à l'autre demande de son agresseur, pour la fellation, elle a dit non.

Les événements se sont produits le 12 août 2014. Gaudreault-Beaulieu a connu sa victime par le biais d'amis.

Lorsque l'acte s'est produit, la jeune fille a d'abord refusé les avances de son agresseur. Mais celui-ci s'est fait insistant, très insistant, au point que la jeune fille n'aurait eu d'autre choix que de céder aux demandes.

Quelques jours après cette relation non désirée, la victime, qui vivait en famille d'accueil, a fait part de cette mésaventure à ceux qui l'hébergeaient.

«La victime a raconté qu'il était très insistant. Elle ne voulait pas, mais a fini par céder», a mentionné Me Mikaël Bourget, procureur de la Couronne.

Gaudreault-Beaulieu dit avoir eu un doute sur l'âge de l'adolescente. Il voyait bien qu'elle avait l'air assez jeune, mais cela ne l'a pas empêché de passer à l'acte.

«Il a dit regretter son geste immédiatement après, surtout lorsqu'il a su qu'elle n'avait que 13 ans», a ajouté Me Bourget.

Jonathan Gaudreault-Beaulieu, un client de Me Gitane Smith, du bureau de l'Aide juridique, n'en est pas à sa première relation sexuelle complète avec une adolescente qui n'est pas nécessairement consentante.

Il avait été reconnu coupable en 2011 des mêmes accusations au Tribunal de la jeunesse.

Il semblerait que l'accusé éprouve des problèmes avec les filles. Il n'est plus lui-même lorsqu'il se trouve en leur présence et aurait tendance à être moins gentil avec elles.

Les deux procureurs ont convenu de la confection d'un rapport présentenciel et d'une évaluation sexologique.

Complot et vol

En plus de cette accusation à caractère sexuel, Gaudreault-Beaulieu a plaidé coupable à une accusation de complot dans un vol qualifié. Avec quatre autres personnes, il a voulu dérober les biens de la victime qui, elle, avait la mauvaise habitude d'emprunter des choses à long terme.

Le dossier reviendra devant le juge Michel Boudreault le 21 juin.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer