Campion confronté à ses propres aveux

Jean-Marc Campion a admis, lors d'un interrogatoire avec deux enquêteurs, sa... (Archives Le Quotidien)

Agrandir

Archives Le Quotidien

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Louis Potvin
Le Quotidien

Jean-Marc Campion a admis, lors d'un interrogatoire avec deux enquêteurs, sa culpabilité aux allégations d'attouchements sexuels sur une mineure.

C'est à cet aveu que la procureure de la Couronne, Me Julie Lajoie, a confronté l'accusé lors d'un contre-interrogatoire très serré, jeudi matin, au Palais de justice de Roberval.

« Vous dites au juge aujourd'hui que vous n'aviez pas peur de passer pour un agresseur d'enfants et d'avoir un dossier criminel pour sauver du temps et de l'argent en avouant? », a-t-elle lancé à Jean-Marc Campion.

Très incisive dans ses questions, Me Lajoie a voulu savoir pourquoi il a répété devant le juge que ces attouchements étaient faux, alors que dans sa déposition, il a admis avoir glissé sa main sous le chandail de la victime, mais pas d'avoir mis la main dans sa petite culotte.

L'homme de 58 ans, originaire de Saint-Félicien, a plaidé qu'il ne se souvenait plus d'avoir fait cet aveu aux policiers. « J'ai toujours nié », a-t-il rétorqué.

Il a pourtant refusé de passer un test du polygraphe alors que des personnes le lui demandaient.

Il a concédé que d'avoir déclaré sa culpabilité avait été la plus grave erreur de sa vie. « C'est une erreur monumentale. Je ne sais pas pourquoi j'ai fait ça. J'aurais dû me prendre un avocat », a-t-il affirmé.

« Alors, si vous avez menti aux policiers, pourquoi ne pas les avoir rappelés pour changer votre déposition? », a questionné Me Lajoie.

L'accusé a affirmé avoir considéré ces accusations comme étant ridicules parce qu'il n'avait rien à se reprocher. Or, l'avocate lui a rappelé que c'est à la suite de cet interrogatoire de mars 2015 qu'il a consommé beaucoup d'alcool et qu'il a voulu se suicider quelques jours plus tard.

Faits

La procureure a demandé pour quelles raisons Jean-Marc Campion avait bercé sa victime enveloppée serrée dans une couverture alors qu'elle était fiévreuse et qu'elle avait chaud. Il a affirmé que c'était parce qu'elle avait chaud et froid et que la couverture était glissante. Il a aussi concédé que lors d'un autre moment où il aurait fait un attouchement, il ne se souvient plus très bien la position dans laquelle il se trouvait.

Me Lajoie s'est questionnée sur les raisons qui ont poussé l'homme à sortir en vitesse d'une maison après les événements où il aurait glissé sa main sous le chandail de sa victime. « Il faisait très chaud en haut et j'ai décidé de prendre l'air », a-t-il justifié.

Les plaidoiries des avocats sur le verdict se tiendront le 29 avril prochain. Jean-Marc Campion, s'il est reconnu coupable, est passible d'une peine minimale d'emprisonnement de 90 jours et de 18 mois maximum.

Un Britanno-Colombien arrêté à Saint-Félicien

Un individu de la Colombie-Britannique, dont la famille a perdu la trace depuis quatre ans, a été arrêté à Saint-Félicien pour une histoire d'introduction par effraction.

Les policiers ne savent pas comment Gerald Dwayne Arcand est arrivé dans la région. Ils l'ont intercepté mercredi soir après qu'il se soit introduit par effraction dans un édifice à logements.

L'homme est unilingue anglophone. Il a comparu jeudi au Palais de justice de Roberval et a été incarcéré pour la suite des procédures et le temps de lui trouver un avocat bilingue. L'homme était passablement confus.

Selon ce qu'il a été possible d'apprendre, la dernière fois que sa famille avait eu des nouvelles de lui, il était au Texas.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer