Daniel Lemieux plaide coupable

Depuis le dépôt des accusations de possession de... (Archives Le Quotidien, Rocket Lavoie)

Agrandir

Depuis le dépôt des accusations de possession de pornographie juvénile, Daniel Lemieux a perdu beaucoup.

Archives Le Quotidien, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le Jonquiérois Daniel Lemieux plaide coupable à des accusations de possession et de distribution de plus de 70 000 fichiers de pornographie juvénile. Il s'expose à une peine minimale d'une année de prison.

Me Luc Tourangeau attend le rapport présentenciel avant... (Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie) - image 1.0

Agrandir

Me Luc Tourangeau attend le rapport présentenciel avant de se prononcer sur la peine à réclamer pour son client.

Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie

L'homme de 65 ans a enregistré des plaidoyers de culpabilité, mercredi matin, devant le juge Michel Boudreault, de la Cour du Québec.

La preuve dévoilée devant le tribunal par Me Sébastien Vallée, procureur de la Couronne, démontre que Lemieux a consulté, regardé, distribué et partagé des dizaines de milliers de photographies de pornographie juvénile et des fichiers animés entre le 1er janvier 2010 et le 30 octobre 2014.

Les documents de l'ordinateur personnel de l'individu, du boulevard du Royaume à Jonquière, ont dévoilé 50 409 fichiers de photos de pornographie juvénile, 15 525 dossiers de nudité juvénile, de 5552 fichiers animés de pornographie juvénile et 30 fichiers animés de nudité.

L'accusé n'a pris aucune de ces photos et vidéos. Son crime aura été de les avoir téléchargées et partagées avec d'autres internautes.

«Les fichiers retrouvés sont de la catégorie 1, soit des documents pédopornographiques. On y voit des garçons et des filles, de quelques mois à l'adolescence, impliqués dans des relations sexuelles avec des adultes ou des animaux. On y retrouve de tout, de la pénétration complète à la fellation. Dans les vidéos animées, de jeunes enfants subissent des agressions sexuelles», a relaté Me Vallée.

«Concernant les photos et vidéos de nudité, elles sont considérées de catégorie 2. On y voit des jeunes filles et des garçons, âgés de 2 à 14 ans, dans des positions sexuelles explicites. Sur d'autres, des jeunes filles se mettent de l'huile et se caressent. Il y a aussi des actes de bestialité», poursuit Me Vallée.

Ce dernier ajoute que l'Équipe d'enquête sur l'exploitation sexuelle des enfants sur Internet de la Sûreté du Québec avait entrepris sa recherche en août 2013 afin de cibler les individus qui se servaient d'Internet pour télécharger et partager des images illégales.

Au fil de l'enquête, une adresse IP est régulièrement revenue dans les données de la police et il s'agissait de celle de Daniel Lemieux.

Le 30 octobre 2014, quelques policiers de la SQ ont débarqué à la résidence de l'accusé afin d'y saisir les ordinateurs. Plus de 12 mois après la perquisition, Lemieux et son avocat, Me Luc Tourangeau, ont reçu toute la preuve dans le dossier.

Et mercredi matin, l'homme, souffrant de sclérose en plaques et se déplaçant en fauteuil roulant, a décidé de régler le dossier en plaidant coupable.

La couronne et la défense ont demandé la confection d'un rapport présentenciel, incluant un volet sexologique complet. Les procureurs aimeraient comprendre ce qui a poussé M. Lemieux à agir ainsi.

Le Code criminel canadien prévoit maintenant une peine minimale de 12 mois de prison pour la distribution, l'exportation et le fait d'avoir rendu accessibles ces images. Il s'expose aussi à une sentence minimale de six mois pour la possession de ce matériel de pornographie juvénile. Il serait surprenant que la Couronne s'en tienne à la peine minimale en raison de la quantité de fichiers trouvés et des images téléchargées.

Daniel Lemieux a aussi reconnu sa culpabilité d'une accusation de mauvais entreposage d'une arme à feu.

Me Tourangeau a obtenu que son client, qui respecte les conditions du tribunal depuis son arrestation, demeure en liberté.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer