Crachat: l'employé congédié

Au moins un des policiers de Saguenay impliqués involontairement dans... (Archives Le Quotidien)

Agrandir

Archives Le Quotidien

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Au moins un des policiers de Saguenay impliqués involontairement dans l'histoire du crachat dans la nourriture a consulté un médecin généraliste afin de s'assurer que sa santé n'était pas en danger.

Pour le moment, aucune plainte n'a été déposée contre l'individu d'un restaurant de cuisine rapide de La Baie en lien avec l'ingrédient personnel avec lequel il aurait assaisonné le repas des agents, dimanche soir. Le dossier est toujours à l'étude.

Selon les informations obtenues, trois policiers de la Sécurité publique de Saguenay auraient finalement été touchés par cette affaire, qualifiée de dégueulasse par plusieurs personnes.

Cela ne signifie pas que les repas des trois agents ont été contaminés. Mais ils auraient été trois représentants de la force constabulaire dans le restaurant au moment de leur pause.

«Pour l'instant, nous ne savons pas si des plaintes seront déposées. Tout est à l'étude», a commenté Bruno Cormier, porte-parole de la SPS.

Les agents impliqués devraient être rencontrés par les membres de l'état-major de la SPS.

Si jamais une plainte est déposée, l'individu s'expose à une accusation de voies de fait.

Employé congédié

Si les dirigeants du restaurant de La Baie refusent toujours de faire des commentaires aux médias, il appert que l'employé a été rapidement congédié.

Les responsables l'auraient remercié de ses services non pas pour ce qu'il aurait fait (rien n'a encore été prouvé), mais pour les propos que leur employé a tenus sur le réseau social Facebook.

L'histoire aurait pu demeurer inconnue, mais comme le rapportait Le Quotidien mardi matin, l'individu s'est vanté de son exploit sur Facebook.

Il écrivait que deux policiers étaient pour trouver un goût bizarre à leur repas étant donné qu'il y avait apporté sa recette secrète en crachant dedans. Il a décrit ce liquide corporel comme de l'«extra clam».

Le cuisinier en herbe se serait vengé des policiers. Il aurait reconnu ceux qui l'avaient arrêté quelques mois auparavant pour possession de stupéfiants.

Voulant sans doute leur remettre la monnaie de leur pièce, l'homme s'est dirigé vers la cuisine et aurait profité du moment pour y ajouter un peu du sien dans le repas.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer