Un «extra» pour les policiers

Deux policiers de la Sécurité publique de Saguenay ont eu la désagréable... (Archives Le Quotidien, Rocket Lavoie)

Agrandir

Archives Le Quotidien, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Deux policiers de la Sécurité publique de Saguenay ont eu la désagréable surprise d'apprendre qu'un individu avait craché dans leur nourriture avant de la leur remettre. Le problème, c'est que les agents ont eu le temps de manger leur repas avant de l'apprendre.

L'événement se serait produit dimanche soir dans un établissement restauration rapide (fast food) de La Baie. L'affaire a pu être apprise après que le «cuisinier» se soit vanté de son exploit sur les réseaux sociaux.

Durant leur pause, les agents se sont arrêtés au commerce afin d'y commander un repas. L'employé aurait reconnu les deux policiers et aurait décidé de leur faire payer, à sa façon, sa propre arrestation survenue quelques mois auparavant pour possession de stupéfiants.

Selon ce que Le Quotidien a pu apprendre, l'individu préparait la nourriture lorsqu'il a demandé un moment aux deux victimes de cette malheureuse affaire, question d'aller chercher de la viande supplémentaire dans la cuisine.

C'est probablement à cet instant que l'employé aurait mis un «extra clam», comme il l'a écrit, dans la bouffe des agents.

Une fois le coup fait, l'individu l'a partagé sur un réseau social. Le jeune homme répondait à un ami qui venait de publier que les policiers étaient rapides pour l'arrêter, mais qu'ils semblaient disparaître lorsqu'il avait besoin d'eux.

«Moé j'ner eu 2 au ... T'inquiète qui vont trouver qu'leurs ... goûte bizzard hahaha. #extraclammm (sic)», a-t-il rédigé sur son compte Facebook. Les victimes de cette affaire ont appris que «l'extra clam» n'était autre chose que le crachat de l'individu.

Il semble que les policiers ne se sont pas aperçus du méfait immédiatement. Ce n'est qu'en prenant connaissance des propos sur un réseau social qu'ils ont été en mesure de faire un lien.

En entrevue, la gérante du restaurant (dont nous tairons l'identité pour le moment) a refusé de faire quelque commentaire que ce soit sur cette affaire et n'a pas voulu confirmer ou nier l'information à l'effet que le travailleur avait été remercié de ses services. L'histoire pourrait bien ne pas s'arrêter là. L'individu pourrait être appelé à comparaître devant le tribunal pour des voies de fait envers des policiers.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer