Quatre personnes intoxiquées au GHB

À 4h47 mercredi matin, les ambulanciers ont été... (Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie)

Agrandir

À 4h47 mercredi matin, les ambulanciers ont été appelés au 2590 rue Saint-Hubert, la demeure qu'Olivier Côté-Vachon avait récemment achetée.

Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

«Viva les vacances.» C'est ce que le militaire Olivier Côté-Vachon a écrit sur sa page Facebook, à minuit, dans la nuit de mardi à mercredi. On le voyait alors, sourire aux lèvres, avec deux amis dans un bar jonquiérois. Quatre heures plus tard, un drame survenait dans sa maison.

À 4h47 mercredi matin, les ambulanciers ont été appelés au 2590 rue Saint-Hubert, la demeure que Côté-Vachon avait récemment achetée. C'est un fêtard qui a joint les ambulanciers, craignant pour la vie de ses amis. Le groupe s'était déplacé du bar à la maison de Côté-Vachon quelque temps auparavant.

Lorsque l'appel a été effectué aux ambulanciers, les policiers de la Sécurité publique de Saguenay (SPS) se sont aussi rendus sur les lieux. Au moins quatre personnes y avaient consommé ce qui semble être du GHB liquide.

Le GHB liquide, communément appelé «drogue du viol», est une substance incolore et inodore qui peut entraîner un coma ou la mort, lorsque prise à forte dose. Deux des personnes transportées à l'hôpital de Jonquière étaient dans un état comateux. Certaines avaient également vomi, les vomissements étant l'un des effets secondaires associés à la prise de GHB. Les intoxiqués de la rue Saint-Hubert présentaient aussi de graves problèmes de respiration.

Dans la journée, mercredi, les policiers de la... (Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie) - image 2.0

Agrandir

Dans la journée, mercredi, les policiers de la SPS ont obtenu des mandats pour perquisitionner tant la demeure que le véhicule de Côté-Vachon. Une substance s'apparentant à du GHB liquide a été saisie.

Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie

Olivier Côté-Vachon a été arrêté sur-le-champ par les policiers. Il a été amené au poste de police pour y subir un interrogatoire.

Dans la journée, mercredi, les policiers de la SPS ont obtenu des mandats pour perquisitionner tant la demeure que le véhicule de Côté-Vachon. Une substance s'apparentant à du GHB liquide a été saisie.

Les personnes intoxiquées, une femme de 21 ans, deux hommes de 25 ans et un homme de 27 ans, sont toutes hors de danger. Certaines ont obtenu leur congé de l'hôpital, mercredi.

La drogue sera analysée

(Katerine Belley-Murray) - Le CIUSSS a demandé aux six urgences de la région de signaler les cas d'intoxication aux drogues. Les quatre cas de mercredi ont donc rapidement été mentionnés aux autorités compétentes, qui feront des analyses pour connaître la composition des drogues consommées.

Le porte-parole du CIUSSS, Jean-François Saint-Gelais, souligne que la plus grande prudence est de mise avec les drogues chimiques, qui comportent des risques énormes. «Les experts du Service de toxicomanie du ministère de la Santé et des Services sociaux rappellent que mélanger des drogues de synthèse entre elles ou avec d'autres substances peut donner lieu à des cocktails excessivement forts qui risquent de provoquer de graves effets physiques et psychologiques. À titre d'exemple, le mélange de GHB et d'alcool peut occasionner des difficultés respiratoires, une amnésie, un pseudo-coma et, ultimement, le décès», écrit-il.

Pas de lien

Il serait laborieux de faire un parallèle entre cet événement et ceux survenus sur la rue Morin, à Chicoutimi, au mois de décembre, selon nos informations.

La substance ingérée n'est pas la même et les personnes intoxiquées ne sont pas connues du milieu judiciaire, contrairement à celles de la rue Morin. En décembre, Allen Tremblay et Éric Migneault sont décédés dans la même chambre, à 36 heures d'intervalle. Ils avaient consommé du PCP. Hier, c'est plutôt du GHB que les jeunes adultes ont consommé.

D'autres cas ailleurs

(Frédéric Marcoux) - La région n'est pas la seule où la drogue fait des ravages présentement. Selon ce que rapporte CBC News, 13 overdoses ont été soulignées aux policiers en l'espace d'une semaine dans la région de Prince George, en Colombie-Britanique.

CBC News révèle aussi que quatre décès en raison liés aux drogues, dans la région de Vancouver, sont survenus en moins de 24 heures durant la dernière semaine. Les autorités jugent que la situation est devenue «alarmante» et souhaite y mettre un terme rapidement.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer