Le palais de justice en bref

Yan Gagnon, un individu désorganisé, selon son avocat Charles Cantin, devra... (Archives Le Quotidien)

Agrandir

Archives Le Quotidien

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Denis Villeneuve
Le Quotidien

Yan Gagnon, un individu désorganisé, selon son avocat Charles Cantin, devra purger neuf mois de prison après avoir plaidé coupable à des accusations de bris d'engagement, possession de drogues, menaces et entraves.

L'homme, qui connaît des périodes de délire après avoir consommé de la drogue, s'était rendu au CLSC, l'hiver dernier, pour y subir des traitements. Il avait proféré des menaces à l'endroit du personnel et des policiers qui s'étaient rendus sur place pour tenter de le contrôler.

Des bris d'engagement avaient été constatés alors que l'individu avait été surpris à s'injecter des drogues à l'autogare Racine. Me Cantin a suggéré de façon commune avec la Couronne au juge Paul Guimond d'imposer neuf mois de prison supplémentaires assortis d'une probation de 18 mois.

Me Cantin a indiqué au tribunal que Gagnon dispose de tous les ressources et organismes d'aide pour se sortir du pétrin et qu'il ne dépendait que de sa volonté pour voir la lumière au bout du tunnel.

30 jours de plus pour Genest

Benoît junior Genest a écopé de trente jours de prison supplémentaires et devra se tenir tranquille, dans la prochaine année, à la suite de la décision rendue par le juge Paul Guimond, mercredi.

Le jeune homme accusé de voies de fait avec lésion à la suite d'une bagarre survenue le 28 janvier 2014 à l'autogare de la rue Racine avait asséné un coup de poing à un autre individu, entraînant une perte de connaissance, tout en tenant des propos racistes à son endroit. L'homme n'en était pas à sa première infraction puisqu'en 2010, il avait bénéficié de peines suspendues pour des dossiers de vol, bris de probation, introduction par infraction.

Le juge Guimond a refusé la suggestion de Me Charles Cantin qui proposait l'imposition de 80 heures de travaux communautaires assortie d'un don de 1000 $ à la Saint-Vincent de Paul. «Vous avez commis un crime gratuit qui heureusement n'a pas eu de conséquences graves pour la victime au niveau physique. Des travaux compensatoires ne seraient pas appropriés. Il faudra que monsieur comprenne que la loi de la jungle n'est pas la loi des hommes.»

Les 30 jours d'emprisonnement s'ajouteront à compter du 9 janvier aux 27 journées déjà purgées à titre préventif.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer