Réseau de vol de pièces de motoneige: Dany Savard en thérapie

Les policiers ont effectué plusieurs perquisitions en lien... (Archives Le Quotidien, Rocket Lavoie)

Agrandir

Les policiers ont effectué plusieurs perquisitions en lien avec le réseau de vol de pièces de motoneige, au printemps dernier, dont une dans le garage de Dany Savard à Saint-Honoré.

Archives Le Quotidien, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Laura Lévesque
Le Quotidien

Présumée tête dirigeante d'un réseau de vol et de revente de pièces de motoneige à Saguenay, Dany Savard, de Saint-Honoré, a été libéré, hier, en attente de son procès. L'homme de 37 ans, qui doit suivre immédiatement une thérapie fermée de quelques mois, fait face à plus d'une vingtaine d'accusations, principalement des vols dont la valeur avoisinerait les 200 000$.

Présumée tête dirigeante d'un réseau de vol et... (Archives Le Quotidien, Rocket Lavoie) - image 1.0

Agrandir

Archives Le Quotidien, Rocket Lavoie

Plusieurs perquisitions ont été effectuées au cours de la dernière année, notamment dans le garage de l'accusé, sur le chemin du Volair à Saint-Honoré. En plus des accusations de recel et d'introduction par effraction, on reproche également à Savard d'avoir aspergé un policier de poivre de Cayenne. L'événement remonte à novembre 2014 , alors que deux patrouilleurs pourchassaient un homme en motoneige dans le secteur nord de Chicoutimi. L'individu avait réussi à prendre la fuite à pied. Savard n'a été arrêté qu'un an après ces événements.

L'homme de 37 ans est également accusé d'un vol qualifié, survenu dans un appartement il y a moins de deux mois. Lui et son frère auraient dérobé de la drogue (PCP) chez un présumé trafiquant. Savard était armé d'un poing américain. La preuve de la poursuite repose sur des preuves matérielles, mais également sur des témoignages de personnes qui auraient été complices de Savard. Mais l'un des principaux témoins des vols est récemment décédé d'une surconsommation de PCP. Il était l'un des deux hommes retrouvés morts dans un même logement de Chicoutimi il y a quelques semaines.

C'est d'ailleurs pour régler son problème de consommation que le juge Paul Guimond a autorisé la libération de Savard, hier au palais de justice de Chicoutimi. Une thérapie fermée à l'extérieur de la région semble la meilleure option en attendant son procès.

«À ce stade-ci, la démarche thérapeutique ne peut qu'être positive. Je ne vois pas en quoi la sécurité du public peut être menacée alors qu'il sera en thérapie fermée», a exprimé le juge. Savard pourra toutefois demeurer chez sa mère lorsqu'il aura terminé sa thérapie. Il devra cependant respecter plusieurs conditions, dont un couvre-feu.

Le ministère public s'est vivement opposé à sa libération, hier, en raison de ses nombreux antécédents judiciaires en même matière.

L'avocat de Savard, Me Charles Cantin, estime pour sa part qu'une libération était tout indiquée dans ce dossier. «Je suis très satisfait de sa libération. Les garanties qu'on a proposées étaient suffisantes pour assurer la protection du public», mentionne Me Cantin. Savard devrait revenir en cour dans quelques mois pour la suite des procédures.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer