Cinq meurtres ont fait jaser en 2015

Pascal Blanchette... (Archives Le Quotidien)

Agrandir

Pascal Blanchette

Archives Le Quotidien

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le mois de janvier 2015 n'était pas encore terminé que Giovanni Thibeault et Maxime Pelletier se retrouvaient derrière les barreaux pour avoir tué des gens.

Le 12 janvier au matin, Giovanni Thibeault s'est présenté devant le juge Richard Grenier, de la Cour supérieure du Québec, pour recevoir sa sentence. Le 13 juillet 2012, il avait enlevé la vie à Robert Perron. Une discussion, sur la terrasse d'un bar, a pris une mauvaise tournure lorsqu'il a tué le sexagénaire d'un seul coup de poing.

Le client de Me Julien Boulianne a été condamné à 18 mois de prison.

Neuf jours plus tard, le juge Richard P. Daoust, de la Cour du Québec, a envoyé Maxime Pelletier au pénitencier pour cinq années. Le soir du 2 septembre 2012, l'individu de Beloeil est venu faire la fête dans la région avec trois de ses amis, dont son très bon copain, Dave Bonsant.

Les touristes ont bien arrosé leur soirée et une chicane a éclaté. Le groupe s'est retrouvé sur le stationnement d'un bureau d'affaires de la rue Saint-Dominique à Jonquière. Les choses ont alors dégénéré. Pelletier a pris le cric dans le coffre de la voiture pour asséner des coups à la tête de Dave Bonsant, après que celui-ci lui eut donné un coup de tête.

Après avoir tabassé Bonsant, Pelletier et ses amis sont retournés vers leur chambre de motel en laissant leur victime sur le perron du commerce. Le jeune homme est mort des suites de ses blessures.

À la sortie du tribunal, Claudette Langevin, la mère de Dave Bonsant, avait pardonné à l'agresseur, qui était le grand ami de son fils.

Pascal Blanchette

Finalement, le 16 février, Pascal Blanchette, de Chicoutimi, a annoncé à la juge Manon Lavoie, de la Cour supérieure du Québec, qu'il plaidait coupable à une accusation de meurtre au second degré de son père Jean-Guy, survenu le 1er février 2012.

La justice a imposé une sentence à vie pour Blanchette, sans possibilité d'une libération avant 10 ans. Comme il a passé l'équivalent de trois années en prison, il lui resterait encore sept années à faire.

Le soir des événements, le client de Me Dominic Bouchard était en proie à une période difficile. Il était fatigué de devoir prendre soin de son père. Dans un moment de détresse, il a poignardé son paternel à plusieurs reprises.

Sous l'effet de la cocaïne, Pascal Blanchette a mis un oreiller sur le visage de son père et l'a frappé. Il est demeuré autour du corps de son paternel durant trois jours avant d'appeler son avocat de l'époque, Me Michel Boudreault (devenu depuis juge).

Par ailleurs, les policiers de la Sûreté du Québec ont découvert le corps inanimé d'un bébé dans une poubelle d'un logement de Métabetchouan-Lac-à-la-Croix. Marie-Pier Normand-Lejeune, âgée de 22 ans, a été accusée de meurtre non prémédité.

Et en novembre, à Roberval, Dave Mequish a été déclaré non coupable de l'homicide involontaire de Joé Weizineau-Chachai. Il avait invoqué la légitime défense pour expliquer ses gestes.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer