Le magicien Girard veut apporter des précisions

Jean-Guy Girard reviendra en cour le 18 mai.... (Archives Le Quotidien)

Agrandir

Jean-Guy Girard reviendra en cour le 18 mai.

Archives Le Quotidien

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le magicien Jean-Guy Girard n'entend pas nier les accusations d'agressions sexuelles sur des enfants. Il verra cependant à apporter certaines précisions aux gestes qu'il a posés sur l'une de ses victimes.

Le dossier de l'homme de 63 ans a rebondi, vendredi en fin d'après-midi, au Palais de justice de Chicoutimi. Le juge Pierre Simard, de la Cour du Québec, a reçu les déclarations des victimes de Girard. Les documents varient de trois à huit pages par personne, incluant les enfants, mais aussi les commentaires des parents. Ils racontent les conséquences des gestes que Girard a posés lorsqu'il faisait des tours de magie en présence des enfants.

Le magicien profitait de ses tours de magie pour faire disparaître des objets pour ensuite les retrouver sur les victimes. Il lui est arrivé de retrouver ces objets jusque sous la petite culotte des enfants.

L'Almatois touchait alors la vulve des petites filles et y faisait bouger ses doigts. Par contre, jamais Girard n'a poussé ses gestes à aller dans le vagin de ses victimes.

«Nous avons procédé à l'ouverture des scellés afin que chaque partie puisse prendre connaissance des déclarations des victimes», a mentionné le magistrat.

Me Luc Tourangeau, avocat de la défense, a précisé que son client voudrait s'adresser au tribunal afin d'expliquer certaines choses.

«M. Girard voudrait apporter certaines précisions. Il ne reviendra pas sur son plaidoyer de culpabilité, mais voudrait s'expliquer», mentionne Me Tourangeau.

Jean-Guy Girard s'expose à une peine de pénitencier qui pourrait varier de deux à six années en raison des gestes posés au milieu des années 80 et au début des années 2000 sur quatre victimes.

Le dossier a été reporté au 18 mai pour le dépôt du rapport présentenciel, les plaidoiries sur sentence et peut-être la peine à être imposée.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer