Antirouille métropolitain ravagé par un incendie

Un violent incendie a totalement ravagé le commerce... (Photo Le Quotidien, Michel Tremblay)

Agrandir

Un violent incendie a totalement ravagé le commerce Antirouille Métropolitain, jeudi, sur le boulevard Talbot, à proximité du Pavillon d'accueil touristique et du commerce Yvonick Desbiens.

Photo Le Quotidien, Michel Tremblay

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Un incendie vraisemblablement d'origine électrique a complètement détruit le commerce Antirouille Métropolitain, sis au 2489 boulevard Talbot à Chicoutimi, vers 21h30 jeudi soir. L'alarme générale a été déclenchée à 22h08 et les pompiers ont été déployés autour du bâtiment pour circonscrire les flammes qui le ravageaient, tout en protégeant le mieux possible le commerce d'Yvonick Desbiens situé juste à côté.

Selon les dires des premiers témoins arrivés sur les lieux, des explosions sont survenues dans des transformateurs électriques situés à proximité du bâtiment qui est une propriété de Gilles Lessard. Ce dernier était sur place en compagnie du directeur de la succursale d'Antirouille Métropolitain, Louis Tremblay, et les deux hommes ne pouvaient qu'assister impuissants aux ravages des infrastructures d'où s'échappaient des flammes et une épaisse fumée. D'ailleurs, les policiers de la Sécurité publique de Saguenay ont bloqué la portion du boulevard Talbot entre les feux de circulation du Costco et du boulevard du Royaume pendant plus d'une demi-heure en raison de la fumée dense qui rendait la visibilité nulle à cet endroit.

Germain Vandal, camionneur, fait partie des premiers témoins arrivés sur les lieux. «Les pompiers sont arrivés derrière moi. Quand je descendais, il y avait des flammèches dans le transformateur du poteau (près du pavillon d'accueil touristique). Ç'a commencé dans les poteaux électriques dans le bas du commerce (qui correspondraient à l'entrée électrique principale selon M. Lessard). J'ai vu qu'il y avait juste un peu de fumée, mais ça faisait de méchantes flammèches dans le transformateur. Un feu d'artifice!»

Le directeur de la succursale chicoutimienne d'Antirouille métropolitain,... (Photo Le Quotidien, Michel Tremblay) - image 2.0

Agrandir

Le directeur de la succursale chicoutimienne d'Antirouille métropolitain, Louis Tremblay, estime les pertes en équipement et bâtiment à au moins 1 million$.

Photo Le Quotidien, Michel Tremblay

Vers 22h15, l'intensité des flammes a repris de plus belle lorsque le feu a atteint le réservoir d'huile utilisé pour les traitements antirouille. Heureusement, ce dernier n'était pas à pleine capacité puisque la période de pointe était passée. Le plus ironique, c'est que le directeur de la succursale, Louis Tremblay, revenait justement d'une réunion au siège social basé à Trois-Rivières. Il est passé devant la bâtisse vers 20h et rien ne laissait présager le sinistre qui allait suivre.

Louis Tremblay estime les pertes en équipement et bâtiment à au moins 1 million$. «C'était neuf. Nous avions fait des rénovations au printemps 2014. Nous étions en développement et nous venions de connaître une croissance de 40%», a-t-il indiqué en entrevue.

En période de pointe, l'entreprise emploie une dizaine de personnes et en basse saison, on parle de deux ou trois employés selon la demande. Interrogé sur les chances que le commerce soit relocalisé ou reconstruit, M. Tremblay a indiqué que cette décision sera prise par les dirigeants de la maison-mère à Trois-Rivières.

Mentionnons qu'il n'a pas été possible de parler au chef des opérations, ce dernier étant déjà fort occupé à diriger les opérations sur place.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer