Un sursis pour Gaétan Thibeault

Gaétan Thibeault obtient un sursis de sentence de 24 mois pour une fraude... (Archives Le Quotidien)

Agrandir

Archives Le Quotidien

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Gaétan Thibeault obtient un sursis de sentence de 24 mois pour une fraude envers une institution bancaire. Le tribunal lui ordonne toutefois de rembourser les 9575,45$ soutirés illégalement à la Banque Nationale.

L'homme de 71 ans de la rue De Montfort, à Jonquière, a reçu sa sentence jeudi matin du juge Michel Boudreault, de la Cour du Québec, pour une accusation d'utilisation d'un document de contrefaçon.

En 2012, Thibeault, un retraité de la fonction publique, prétend avoir reçu, dans sa boîte aux lettres, un chèque de 42 800$ en provenance de la minière Anico Eagle. Même s'il avait trouvé ça douteux, il dit s'être assuré de la légitimité du chèque en échangeant des courriels avec un représentant de la compagnie.

Dépôt du chèque

Au final, Thibeault a déposé le chèque dans son compte de banque et a effectué des retraits. Il a dépensé près de 10 000$ avant que l'institution bancaire ne décide de geler le montant d'argent.

Lorsqu'il s'est fait prendre et qu'il a été accusé, Thibeault a expliqué avoir eu des contacts avec la compagnie. Il a identifié l'un des dirigeants. Le hic, c'est que ce responsable nie avoir eu des discussions avec le Jonquiérois et affirme ne pas le connaître. De plus, aucun des numéros de téléphone fourni par l'accusé n'existe et l'adresse courriel semble avoir disparu.

Devant le tribunal, l'individu, sans antécédent judiciaire, a avoué qu'il savait dès le départ que le dépôt du chèque était nébuleux et louche et qu'il n'aurait pas dû le déposer et l'encaisser.

Me Michaël Bourget, de la Couronne, estime que les explications de l'accusé sont peu crédibles et tout aussi nébuleuses que la provenance du chèque.

Il aurait souhaité une peine en collectivité et des travaux communautaires advenant que l'accusé ne puisse effectuer le remboursement.

Mais le juge Boudreault a plutôt estimé que la prison en société n'était pas nécessaire. Il pense que l'accusé a plutôt fait preuve d'imprudence et qu'il a été tenté par le côté mercantile de l'affaire.

«En temps normal, vous ne devriez pas être ici. Vous n'avez pas le profil d'un fraudeur. Vous avez été en famille d'accueil durant 15 ans et vous avez adopté trois enfants avec des déficiences intellectuelles. C'est tout à votre honneur», a renchéri le magistrat.

«Oui, la fraude est importante, mais ça ne mérite pas une peine de prison. Je vous ordonne d'effectuer le versement du montant éludé d'ici 24 mois», a conclu le juge Boudreault.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer