Pascal Garand-Dion aux portes du pénitencier

Pascal Garand-Dion lors de son arrestation dans le... (Archives Le Quotidien, Louis Potvin)

Agrandir

Pascal Garand-Dion lors de son arrestation dans le cadre l'opération Modeste.

Archives Le Quotidien, Louis Potvin

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Louis Potvin
Le Quotidien

Pascal Garand-Dion, impliqué dans l'opération Modeste, pourrait purger une peine dans un pénitencier pour avoir fourni de la cocaïne au réseau qui oeuvrait dans le secteur Roberval.

Procureure de la Couronne, Me Amélie Savard a plaidé une peine de 36 mois en raison de la gravité des crimes. «Il a eu une forte implication et un rôle important, car il a fourni à au moins 16 reprises le réseau de trafic de cocaïne démantelé en mai 2014. Je considère que son implication est équivalente aux têtes du réseau Daniel Tremblay, Dany Flamand et André Lalancette», a-t-elle évoqué au juge Pierre Simard, hier, au Palais de justice de Roberval.

L'avocat de l'homme de Québec, Me Sylvain Morissette, a réclamé une peine de 10 mois d'emprisonnement. Il a rappelé que l'homme s'était repris en main en cessant de consommer et qu'il n'avait pas d'antécédents judiciaires. L'avocat a déposé des causes similaires rendues récemment dans la région. Des individus présentant le même type d'implication avaient reçu des peines oscillant entre 12 et 15 mois.

Me Morissette a d'ailleurs fait témoigner le père de Garand-Dion pour prouver que le jeune de 22 ans était revenu sur le droit chemin. Il vit chez ses parents, qui considèrent qu'il a changé complètement depuis son arrestation.

Selon la preuve, Garand-Dion a échangé de la cocaïne à une quinzaine de reprises. Le réseau piloté par Daniel Tremblay et Dany Flamand se dirigeait à Québec pour s'approvisionner auprès de Garand-Dion. C'est lors d'une intervention le 12 décembre 2013 que Garand-Dion a été intercepté. À ce moment, la quantité saisie a été de 2 onces de cocaïne. Il a été remis en liberté puis arrêté lors de la rafle du 21 mai 2014 qui a mené à l'arrestation de 11 personnes.

L'homme de 22 ans a mentionné au juge qu'il s'était pris en main en cessant de consommer de la drogue à la suite de son arrestation. Il a travaillé au noir pour faire un peu d'argent, car ses démarches d'embauche ont avorté à cause de l'emprisonnement qui l'attend. Il a assuré qu'il reprendrait le droit chemin en se trouvant un emploi après avoir purgé sa peine. Garand-Dion a mentionné que ce sont des deuils successifs, dont le suicide de son parrain, qui l'avait amené à se réfugier dans la drogue. Par contre, il a refusé de suivre des thérapies, ce qui lui suggérait l'agent de probation. La procureure pense que l'accusé veut bien paraître et ne veut pas admettre ses problèmes.

Les principaux accusés dans l'opération Modeste, Daniel Tremblay et André Lalancette, purgent des peines de plus trois ans.

Arrêté à 175 km/h

(Dave Ainsley) - Un jeune conducteur a été intercepté sur l'autoroute 70 en direction est vers La Baie alors qu'il roulait à près de 175 km/h, dimanche après-midi. Selon le récit de l'agent d'information à la Sûreté du Québec, Jean Tremblay, à 15 h 45, un policier qui effectuait une opération cinémomètre a capté un véhicule Acura Integra des années 2000 dans une zone où la limite permise est de 100 km/h, ce qui constitue un grand excès de vitesse.

Le conducteur de 22 ans a reçu un constat d'infraction de plus de 1400 $ et un total de 14 points d'inaptitude. Son permis de conduire a été suspendu automatiquement et sa voiture a donc dû être remorquée.

Dans un autre ordre d'idées, dans le cadre de l'opération Vaccin, les policiers de la SQ ont épinglé neuf conducteurs et conductrices qui seront prochainement accusés de conduite avec les facultés affaiblies.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer