PCP: multiples accusations pour Maxime Ménard

Maxime Ménard était un proche des deux hommes... (Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque)

Agrandir

Maxime Ménard était un proche des deux hommes décédés dans le même logement de Chicoutimi, à 48 heures d'intervalle. Il s'est d'ailleurs fait tatouer leur prénom sur ses mains.

Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Laura Lévesque
Le Quotidien

Maxime Ménard, ami des deux hommes décédés dans un même logement de Chicoutimi la semaine dernière, fait face à plusieurs chefs d'accusation, dont possession de stupéfiants dans le but d'en faire le trafic, garde et contrôle d'un véhicule avec les facultés affaiblies et possession d'une arme dans un dessein dangereux, soit un répulsif à chien.

Au moment de son arrestation, samedi, l'homme de 30 ans avait sur lui une importante quantité de drogue, notamment du PCP ou fentanyl, la même drogue qui aurait tué Éric Migneault et Allan Tremblay, morts à 48 heures d'intervalle. Est-ce que Ménard, qui s'est fait tatouer les prénoms des victimes sur ses mains, aurait fourni ces stupéfiants? À l'heure actuelle, aucune information ne prouve son implication dans la mort des deux hommes, insiste son avocat, Me Julien Boulianne.

« Il y a des liens dans les dossiers. Soit le fait que monsieur était dans un état d'intoxication qui a nécessité son hospitalisation, le fait que monsieur était proche des victimes et qu'il était en possession de stupéfiants. On n'a pas la nature exacte de ce qui a été retrouvé. Mais les policiers font des liens sur les substances retrouvées. À ce stade-ci, toutefois, il n'y a aucun lien qui pourrait relier ou impliquer le fait que monsieur aurait fourni ces drogues-là aux personnes décédées. C'est important de le spécifier », a insisté Me Boulianne.

L'individu de 30 ans, habitant sur le chemin de la Réserve à Chicoutimi, a comparu sous sept chefs d'accusation. Et Ménard devra purger un minimum d'un an de prison s'il est reconnu coupable. La présence d'une arme, soit le poivre de cayenne pour chien, aggrave son dossier.

« En vertu du Code criminel, lorsque vous êtes arrêtés pour possession de drogues dans le but d'en faire le trafic et que vous êtes en possession d'une arme, une peine minimale d'un an est prévue », a détaillé Me Boulianne, expliquant ainsi l'avis de peine sévère qui a été annoncée par le ministère public.

Un avis de peine sévère a également été déposé dans le dossier de garde et contrôle d'un véhicule avec les facultés affaiblies. Ménard n'en serait pas à son premier dossier d'alcool ou drogue au volant.

L'homme, rappelons-le, a été arrêté samedi matin sur la rue Colbert à Chicoutimi, car son véhicule était garé sur le trottoir. Intoxiqué, il a été transporté à l'hôpital. Les policiers ont trouvé 1200 $ en argent dans ses poches. Une somme possiblement obtenue par le biais d'activités criminelles.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer