Christian Fortin reprend son manège

Christian Fortin aurait agressé sexuellement un enfant mineur,... (Photo Le Quotidien, Michel Tremblay)

Agrandir

Christian Fortin aurait agressé sexuellement un enfant mineur, lui qui avait deux antécédents similaires. Il a déjà été condamné à des peines de 48 et 60 mois par le passé.

Photo Le Quotidien, Michel Tremblay

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le quinquagénaire Christian Fortin pourrait bien ne pas revoir la lumière du jour avant un certain temps. Le pédophile récidiviste a recommencé son petit manège qui l'a pourtant mené au pénitencier pour des peines de 48 et 60 mois par le passé.

Sous l'interdiction d'être en contact avec des mineurs ou de se retrouver en situation de confiance ou d'autorité jusqu'à la fin de ses jours, Fortin, un individu de Labrecque au Lac-Saint-Jean, a été accusé, vendredi matin, d'avoir eu des contacts sexuels avec une mineure, de bris de condition et d'avoir eu en sa possession du matériel de pornographie juvénile.

Et comme si ce n'était pas suffisant, le client de Me Jean-François Têtu se trouve en attente d'un procès pour production de plus de 500 plants de marijuana, ce qui entraînera une peine minimale de deux ans s'il devait être reconnu coupable.

Fortin a demandé à son avocat de tenter de le remettre en liberté. Mais Me Têtu ne cache pas que la commande est importante.

Il faut savoir que Fortin a écopé de 48 mois d'emprisonnement en 1986 pour une trentaine de chefs d'accusation de nature sexuelle. Et il a recommencé. Quelques années plus tard, ses voisins, le croyant guéri, lui ont confié la garde de leurs enfants. Six petits se sont retrouvés sous son aile. Et il a repris ses mauvaises activités.

Le tribunal l'a alors envoyé sous les verrous pour une période de cinq ans. Et la Cour lui avait interdit de se retrouver en compagnie de mineurs en situation d'autorité pour le restant de ses jours.

Il semble avoir passé outre cette ordonnance. Selon les accusations, il aurait abusé une autre fois d'une enfant mineure et aurait été pris avec du matériel de pornographie juvénile.

«Il est en attente d'une accusation de culture, par complicité, d'au-delà de 500 plants de marijuana. Il est maintenant accusé de possession de pornographie juvénile, d'avoir incité un jeune de moins de 16 ans à le toucher et d'agression sexuelle sur cette même plaignante. Il est aussi accusé de possession de drogue», explique Me Têtu.

«Il a déjà eu des peines sévères dans le passé pour des agressions sexuelles. S'il est reconnu coupable, il pourrait s'exposer à des peines assez importantes. Mais avant d'en arriver là, je vais analyser la preuve qui m'a été remise. Je verrai malgré tout s'il est possible de le remettre en liberté», ajoute le criminaliste.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer