La prison attend Bélanger et Lavoie

Yannick Lavoie... (Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie)

Agrandir

Yannick Lavoie

Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Yannick Bélanger et Yannick Lavoie iront en prison rejoindre leur complice Gino Pilote pour leur aventure commune où ils ont battu un gars à coups de pied et de poing.

La juge Micheline Paradis, de la Cour du Québec, a entendu les représentations sur sentence de Me Jean-Sébastien Lebel (Couronne) et Me Julien Boulianne (défense) et elle a décidé de rendre sa décision le jeudi 26 novembre.

Les trois individus de Jonquière se trouvaient au bar Le Grill le soir du 28 mai 2014, lorsqu'ils ont entendu la serveuse demander à un client qu'il lui paie les consommations qu'il avait prises.

Le trio s'est levé et s'est dirigé vers leur victime. C'est là qu'ils l'ont agressée à coups de pied et coups de poing. Ils ont poursuivi leur attaque une fois que l'individu s'est retrouvé au sol.

Au moment des représentations, Me Lebel a estimé qu'il devait demander une peine similaire à celle que Pilote a reçue en mars 2015, soit 12 mois d'emprisonnement pour cette attaque. Pilote avait été puni pour un peu plus longtemps en raison d'une conduite sous interdiction.

«Je ne me vois pas demander des peines différentes pour l'agression. La responsabilité doit être égale pour les trois agresseurs. La victime a tout de même subi des blessures dans cette attaque. En plus, les rapports présentenciels de Lavoie et Bélanger ne sont pas très positifs», a expliqué Me Lebel.

En défense, Me Boulianne partage en partie les propos de son confrère. Il croit qu'une sentence de 12 mois pour Yannick Bélanger serait logique, mais pour l'ensemble de ses dossiers. Bélanger a plaidé coupable à une introduction par effraction (vol de 1584$ au restaurant Le Barillet) et un bris.

En qui a trait à Yannick Lavoie, la défense pense qu'une peine de six mois moins un jour serait suffisante.

«Yannick Bélanger a commis les gestes au bar et il a ensuite commis une introduction par effraction, ce qui peut justifier la sentence de 12 mois. Et comme il est incarcéré depuis deux mois, on devrait lui déduire trois mois (2 mois x 1,5) de détention à sa peine», indique Me Boulianne.

«Pour ce qui est de Yannick Lavoie, il a respecté tous les engagements depuis les événements du 28 mai 2014 et il en a profité pour compléter un DEP et est devenu entrepreneur. Je suggère donc une peine de six mois moins un jour de prison. Pour un premier dossier de violence, il s'agit d'une peine sévère», précise le criminaliste.

Les accusés ne peuvent plus se parler

(Louis Potvin) - Les trois hommes de Dolbeau-Mistassini accusés d'invasion de domicile et de séquestration d'un couple de personnes âgées de Notre-Dame-de-Lorette ne pourront pas entrer en contact et se parler en prison.

La couronneen a fait la demance, hier, au Palais de justice de Roberval, alors Tomy Mourez Bilodeau, Jérémy Doré et David Gignac revenaient devant le tribunal. Les individus dans la vingtaine font face à des accusations de vol qualifié avec arme à feu, braquage d'une arme, voie de fait, extorsion, séquestration et vols de voiture.

La cause n'a pas avancé, car la preuve complète n'a pas été divulguée. La Couronne attend notamment des tests d'ADN pour compléter le dossier. C'est le 7 décembre que Gignac et le 10 décembre que Morez Bilodeau et Doré reviendront devant le juge. Il pourrait alors décider de plaider coupable ou de subir un procès.

Le 1er juillet, en pleine nuit, les trois hommes se seraient introduits au 72 rang Saint-Joseph à Notre-Dame-de-Lorette croyant qu'il y trouverait une somme de 6000 $. Après être entrés, les trois voleurs auraient surpris Yvon Belley, 75 ans, qui faisaient des mots croisés au bout de la table. L'un d'eux lui aurait asséné un coup de poing au visage. Il s'est affalé sur de la vitre cassée. Un des individus aurait ensuite monté à l'étage pour réveiller la dame de 80 ans. Les trois hommes auraient menacé les deux aînés à la pointe d'un .410 et brandi une hache et un bâton de baseball. Ils ont mis la main sur 600 $.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer