Acquitté, Mequish éclate en sanglots

Dave Mequish est acquitté.... (Photo Le Quotidien, Louis Potvin)

Agrandir

Dave Mequish est acquitté.

Photo Le Quotidien, Louis Potvin

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Louis Potvin
Le Quotidien

Dave Mequish est acquitté. Le jury l'a déclaré non coupable d'avoir commis un homicide involontaire sur Joé Weizineau-Chachai.

Quand le président du jury s'est levé à 17 h 15 hier dans la salle d'audience du Palais de justice de Roberval pour prononcer «non coupable», Dave Mequish a éclaté en sanglots. Sa mère, présente pendant tout le procès, l'a accompagné dans les larmes. Du côté de la famille Weizineau, on a reçu le verdict sans broncher, ne montrant aucune animosité. Le juge Louis Dionne a d'ailleurs qualifié de modèle le déroulement du procès. Le calme des familles amérindiennes devrait être pris en exemple, a-t-il confié aux procureurs. Le grand gaillard de 6 pieds 2 pouces essuyait toujours ses larmes quand il est sorti de la salle d'audience. «Je suis soulagé.C'est un poids de moins sur mes épaules», a confié l'homme de peu de mots. Contraint par l'émotion, il n'était pas en mesure d'en dire davantage au journaliste du Quotidien.

Mequish n'a jamais souhaité que ses deux coups de poing et son coup de pied entraînent la mort de Joé Weizineau. L'interprète qui a aidé les procureurs lors des interrogatoires a eu la permission du juge Dionne pour lancer un message. «Tu es chanceux de sortir par la grande porte et non de te retrouver en prison. Tu t'es pris en main. Je sais que tu vas apprendre de cette épreuve. J'espère aussi que les jeunes de la communauté vont apprendre que la grande consommation de drogue et d'alcool peuvent mener à des drames qui ont secoué notre communauté», a livré Jeannine Awashish en attikamek.

Est-ce que l'empathie que dégageait Mequish a pu influencer les 10 hommes et 2 femmes qui composaient le jury? Son avocat Pierre Gagnon ne l'écarte pas. «Le juge, dans ses directives, avait mentionné de ne pas livrer un verdict par sympathie ou par préjugé. En revanche, comme les délibérations sont secrètes, qu'est-ce qui a joué? J'ose croire que ce sont sur les points de droit que mon client a été acquitté. Mais on ne le saura jamais», a-t-il indiqué.

Légitime défense

Il estime plutôt que ce sont les éléments de légitime défense qui ont été pris en compte. D'ailleurs, hier, les jurés ont posé deux questions lors des délibérations afin d'avoir des éclaircissements concernant la notion de légitime défense. «Évidemment qu'ils ont évalué cette question dans leur décision et peut-être aussi le fait qu'après avoir reçu les coups on a perdu la trace de monsieur Weizineau», a ajouté Gagnon. Il a confié que son client était très soulagé après ces trois ans de procédures et d'angoisses.

De son côté, la Procureure de la couronne, Me Julie Lajoie, ne cachait pas sa déception. «C'est une décision unanime du jury. Il semble que les doutes soulevés par la défense étaient suffisants pour l'acquitter d'homicide involontaire. Nous devons respecter la décision du jury», a-t-elle mentionné en précisant que le chef de voie de fait qui demeurait en suspens a été retiré.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer