Un homme nouveau va aller en prison

Jean Gagnon ne consomme plus depuis près de neuf mois. Il s'est repris en main... (Archives Le Quotidien)

Agrandir

Archives Le Quotidien

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Jean Gagnon ne consomme plus depuis près de neuf mois. Il s'est repris en main et jure qu'il ne conduira plus jamais en boisson. Mais cela ne l'empêchera pas de se retrouver en prison à compter d'aujourd'hui.

L'homme de 53 ans du rang 6 à Saint-Nazaire sait très bien ce qui l'attend ce matin (mardi) lorsqu'il reviendra devant le juge Richard P. Daoust, de la Cour du Québec. Il écopera d'une peine variant de 12 à 24 mois. La défense, représentée par Me Claude Beaulieu, demande de 12 à 15 mois d'incarcération, alors que Me Sébastien Vallée, de la Couronne, exige plutôt de 20 à 24 mois d'emprisonnement moins un jour pour cette troisième conduite avec les facultés affaiblies.

Le 27 janvier dernier, Gagnon avait consommé quelques bières lorsqu'il a décidé de prendre le volant de sa camionnette. Peu de temps après, il a frappé le véhicule de la victime, lui infligeant notamment des blessures au dos, dont elle souffre toujours.

Gagnon, lui, n'a subi que des blessures mineures. Il affichait un taux d'alcoolémie de .260, plus de trois fois la limite permise de .08. Et il s'agissait de sa troisième infraction en pareille matière.

Deux jours après l'accident, le commis aux pièces a tenté de s'enlever la vie en ingurgitant rien de moins que 250 comprimés d'acétaminophène (analgésique). Amené d'urgence à l'hôpital, il y sera demeuré 10 jours, dont cinq aux soins intensifs.

Le client de Me Beaulieu a alors pris la décision d'arrêter complètement la consommation d'alcool, mais aussi de la marijuana. Il a pris sur lui (il n'a pas attendu une exigence du tribunal) de consulter une ressource afin de l'aider. Il a participé à des rencontres des alcooliques anonymes.

«Le Jean Gagnon d'avant 52 ans est mort. Il a cessé de boire et recommencera sa vie à zéro», a-t-il dit à son avocat.

Appelé à la barre des témoins, l'homme de Saint-Nazaire a éprouvé de la difficulté à s'exprimer, rongé par les remords.

«Je m'excuse auprès de la victime et je lui demande pardon. Je ne suis pas venu au monde pour faire du mal aux autres. J'aurais probablement dû consulter avant, mais je ne l'ai pas fait. Je vais vivre avec cette culpabilité pour le restant de mes jours», a ensuite lancé Gagnon au juge Daoust.

«J'ai amené l'un de mes garçons avec moi ce matin. Il est sur le point d'obtenir son permis de conduire et je voulais qu'il voit que ce n'est pas une partie de plaisir de se retrouver en Cour pour avoir conduit en boisson. Hier (dimanche), lorsque j'ai vu mon plus jeune pleurer en sachant que j'irais en prison, je me suis dit que ça n'arriverait plus que je sois au volant en boisson», a conclu l'homme, qui doit recevoir sa sentence ce matin au Palais de justice de Chicoutimi.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer