Les seins couverts de bleus

Le procès de l'ancien restaurateur de Roberval Francis Vallée pour agression... (Louis Potvin)

Agrandir

Louis Potvin

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Louis Potvin
Le Quotidien

(ROBERVAL) Le procès de l'ancien restaurateur de Roberval Francis Vallée pour agression sexuelle avec lésion et voie de fait a commencé, hier, au Palais de justice de Roberval.

Sa victime s'est retrouvée avec des « bleus » sur les seins après que le restaurateur lui ait balancé des claques. Des photos des marques laissées par l'agression ont été déposées en preuve au juge Michel Boudreault.

La victime, une jeune femme qu'on ne peut nommer pour protéger son identité, a raconté ce qui s'était passé durant la soirée du 25 mai 2013.

La femme, en compagnie de sa famille, avait soupé au restaurant de l'accusé, le Tout-à-Vallé. Après le repas, les tables avaient été déplacées pour permettre à certains convives de danser. Comme la soirée était agréable, la victime avait décidé de rester quand les membres de sa famille avaient quitté, vers minuit trente.

Vallée et la victime se sont courtisés sur le plancher de danse pour finir par s'embrasser et se caresser derrière la console de son. Par la suite, Vallée a entrainé la femme à l'étage dans une pièce. Sur un divan, ils ont continué les caresses. À un moment, Vallée aurait tenté de mettre la main à deux reprises dans les pantalons de la femme. Elle lui a retiré la main en lui disant : « non, je ne veux pas ! », a-t-elle témoigné devant le juge. Par la suite, Vallée aurait mal réagi et aurait giflé la femme au visage et sur ses deux seins. Elle a alors décidé de sortir de l'établissement pour reprendre ses esprits et fumer une cigarette. Francis Vallée l'a rejointe pour l'inviter à revenir à l'intérieur. Il l'a conduite dans une salle de bain. Il aurait alors refait le même manège en la frappant à quelques reprises. Résultat : la femme a eu des ecchymoses au cou et sur les seins, en plus de douleurs musculaires au cours des jours suivants les événements. Des photos remises montrent les rougeurs, égratignures et ecchymose que lui aurait infligées Vallée.

Elle s'est alors enfuie pour contacter un proche pour qu'il vienne la chercher.

Le témoignage de la jeune femme, probablement due à sa consommation d'alcool lors de cette soirée, n'était pas toujours précis. Elle a affirmé avoir bu une bière, deux coupes de vin et 7 shooters.

ÉTAT D'ÉBRIÉTÉ

En contre-interrogatoire, l'avocat de Francis Vallée, Me Francis Boucher, a percé cette faille en tentant de démontrer qu'elle ne se souvenait pas de certains aspects de la soirée comme ce qu'elle avait mangé, la musique qui avait joué ou l'heure de départ de sa famille. Il a aussi voulu démontrer que son souvenir des événements semblait très flou à cause de sa consommation d'alcool. La victime a concédé qu'elle était ivre et que son équilibre était moins bon.

Francis Boucher a aussi essayé de comprendre les motifs pour lesquelles elle désirait tant rester au restaurant alors que sa famille partait. Elle a affirmé qu'elle aurait pu aller coucher chez une amie de Roberval ou téléphoner au chauffeur désigné de la soirée pour qu'il vienne la chercher.

C'est au moment d'aborder ce sujet que le contre-interrogatoire a été suspendu. Il va se poursuivre aujourd'hui.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer