Sylvain Tremblay hésite à se faire traiter

Huitième accusation d'alcool au volant

Sylvain Tremblay ne veut pas être pris en... (Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque)

Agrandir

Sylvain Tremblay ne veut pas être pris en photo. Il se cache systématiquement à sa sortie de la prison de Chicoutimi en se rendant au fourgon cellulaire.

Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le Jonquiérois Sylvain Tremblay pourrait se retrouver en thérapie pour venir à bout de son problème d'alcoolisme. Mais l'individu de 54 ans, qui doit répondre à une huitième accusation de conduite avec les facultés affaiblies, hésite encore.

Hier matin, Tremblay est revenu devant le tribunal. Il devait subir son enquête de remise en liberté, qui a finalement été remise au 9 septembre.

Le 20 juillet dernier, il avait été arrêté par les policiers de la Sécurité publique de Saguenay à la suite de la dénonciation d'un citoyen, qui avait suivi sa voiture jusqu'à son domicile de la rue Saint-Louis à Jonquière. Il y est entré et en est ressorti pour reprendre la route avec une autre voiture. Le témoin a communiqué avec les agents. Ils ont pu l'intercepter au moment où il venait de regagner son domicile.

Au moment de passer le test d'ivressomètre, le fautif a présenté des taux de .149 et de .153.

Même s'il n'a pas été impliqué dans un accident, qu'il n'y a pas eu de blessé et que le taux d'alcoolémie n'était pas démesuré, le client de Me Charles Cantin s'expose tout de même à une peine de prison assez sévère. Il possède tout de même sept antécédents de même nature dans le district de Chicoutimi.

Le casier judiciaire de Tremblay s'étend sur une dizaine de pages dans le district judiciaire de Chicoutimi. La première fois qu'il a été pris en état d'ébriété remonte à juin 1987. Il avait écopé d'une amende de 300 $ à l'époque. Après une accalmie de quelques années, l'individu a été reconnu coupable devant le tribunal le 27 janvier 1993. Il a été envoyé pour 15 jours de prison pour une faculté affaiblie remontant à avril 1990. Lors de cette même journée de janvier 1993, le juge Claude Gagnon a ajouté une sentence de 90 jours de prison (discontinue) pour sa troisième offense survenue en juin 1992.

En 1999, Sylvain Tremblay était à nouveau arrêté pour une conduite avec les facultés affaiblies. Il a été condamné à 90 jours de prison discontinue et à une amende de 1000 $.

Le 21 septembre 2005, Tremblay a reçu une peine de 10 mois de prison pour deux dossiers de conduite avec les facultés affaiblies.

Il faut aussi savoir que l'individu avait été arrêté en 2011 et en 2012 pour des conduites avec alcool. Il a été acquitté en 2011 et les accusations ont été retirées en 2012. Il avait aussi été acquitté en 2003.

D'autres accusations de même nature avaient été portées contre l'individu dans d'autres districts judiciaires dans le passé, ce qui lui donnerait au moins sept antécédents de conduite en état d'ébriété.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer