Une partie des récoltes détruites

En «pick-up» dans le champ de maïs

Un malfaiteur a anéanti une partie des récoltes... (Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque)

Agrandir

Un malfaiteur a anéanti une partie des récoltes de la Ferme Lavoie inc. du rang Saint-Jean-Baptiste à Chicoutimi en plein milieu de la nuit.

Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Un malfaiteur a anéanti une partie des récoltes de la Ferme Lavoie inc. du rang Saint-Jean-Baptiste à Chicoutimi en roulant avec son Chevrolet S10 à belle allure dans les épis de maïs, en plein milieu de la nuit.

«Les pertes ne se chiffrent pas vraiment. Le gars est rentré dans le champ et est ressorti à reculons. Il est allé ensuite au petit garage à côté pour enlever les épis sur le devant de son auto. Il a été filmé. Durant l'été, un champ de canola d'un autre agriculteur a aussi été vandalisé», explique Gabriel Lavoie.

Ce dernier a été réveillé à 23 h 30, dans la nuit de lundi à mardi, par sa blonde qui venait de voir un véhicule dans le champ. «C'est ma blonde qui l'a entendu. Tous les ans, quelque part dans la région, il y a quelqu'un qui rentre dans un champ. Ça arrive à d'autres aussi. Dans les jours précédents, nous nous sommes fait défoncer notre kiosque en pleine nuit. Bien entendu, il n'y avait plus une cenne dedans, donc ils n'ont rien pu voler. On va tout porter à la banque chaque jour. Nous avions aussi eu des messages d'intimidation. On ne sait par contre pas si tout cela est relié.»

Le malfaiteur, un homme âgé de 23 ans qui habite Saint-Honoré, a réduit à néant une récolte valant approximativement 10 000$.

«En pertes alimentaires, on parle peut-être de 1500$ à 2000$, mais tout le travail qui a été fait pour cela, l'ensemencement, le travail du sol, l'entretien toute la saison, sont aussi à calculer... Les jeunes qui font ça ne travaillent pas assez.»

Un véhicule plein d'épis

L'homme a été intercepté sur la rue Saint-Paul à Chicoutimi quelques heures plus tard. Gabriel Lavoie avait réussi à donner une bonne description du véhicule du malfrat.

«L'inspection externe du véhicule correspondait, explique le responsable des communications de la Sécurité publique de Saguenay, Bruno Cormier. L'homme affirmait toutefois ne pas savoir de quoi les policiers parlaient, lorsqu'il a été question du vandalisme dans le champ de maïs. En inspectant sous le véhicule, les policiers ont trouvé de nombreux épis pris au travers de la mécanique!»

Le jeune homme pourrait faire face à des accusations de méfait de plus de 5000$.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer