À 168 km/h dans une zone de 100

Nouvelles accusations de conduite dangereuse

En plus de l'accusation de conduite dangereuse, Simard-Jean... (Archives Le Quotidien)

Agrandir

En plus de l'accusation de conduite dangereuse, Simard-Jean doit répondre à des accusations d'avoir conduit alors que cela lui était interdit, de ne pas avoir respecté son couvre-feu et de ne pas avoir gardé la paix

Archives Le Quotidien

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La remise en liberté de Nathan Simard-Jean risque d'être plus difficile cette fois. Le jeune homme de 21 ans de la rue des Cascades, à Laterrière, a été arrêté une autre fois pour une conduite dangereuse.

Le client de Me Marie-Ève St-Cyr a comparu hier matin devant le juge Michel Boudreault, de la Cour du Québec. Comme il en est à une deuxième accusation de conduite dangereuse en l'espace de 10 mois, le procureur de la Couronne, Me Jean-Sébastien Lebel, s'est opposé à sa remise en liberté. Il subira son enquête caution le jeudi 20 août.

Simard-Jean a été dénoncé, le 20 juin, par des citoyens après avoir conduit un véhicule de façon dangereuse sur la voie publique. Mais ce n'est que dimanche, alors qu'il était installé sur le gazon de sa résidence que les policiers, munis d'un mandat d'arrestation, ont pu lui mettre la main au collet.

En plus de l'accusation de conduite dangereuse, Simard-Jean doit répondre à des accusations d'avoir conduit alors que cela lui était interdit, de ne pas avoir respecté son couvre-feu et de ne pas avoir gardé la paix.

« Je sais qu'il ne sera pas facile de plaider la remise en liberté. J'avais réussi à l'obtenir en novembre dernier à la suite de la première accusation de conduite dangereuse. Mon client était sans antécédent judiciaire », explique Me St-Cyr.

« J'ai convaincu le tribunal de procéder de la même façon en avril 2015 après que mon client ait été accusé d'entrave au travail des policiers, de bris d'engagement et de possession de cannabis. Cette fois, ce sera plus difficile surtout qu'il fait face à une deuxième accusation de même nature avec la conduite dangereuse », soutient l'avocate en défense.

Car le 26 novembre 2014, l'individu de 21 ans a été arrêté à la suite d'une folle randonnée sur l'autoroute 70. Il roulait à une vitesse de 168 kilomètres à l'heure alors que la vitesse maximale est fixée à 100 km/h. Il avait été pris en poursuite par les policiers de la Sûreté du Québec qui l'ont rattrapé dans la bretelle du chemin Saint-Benoit. Le conducteur avait perdu le contrôle de son Honda Civic après avoir passé sur la neige alors que le véhicule était chaussé de pneus d'été.

À la suite de la sortie de route, la passagère du véhicule avait subi des blessures sérieuses à la colonne vertébrale.

Au départ, Simard-Jean a écopé d'une amende de 1100 $ et a vu son dossier automobile récolter 14 points d'inaptitude sur un maximum de 15. L'amende et les points pourraient être retirés de son dossier à la Société de l'assurance-automobile du Québec s'il est reconnu coupable des accusations criminelles.

L'accusé devait subir son enquête préliminaire en lien avec la conduite dangereuse de novembre 2014.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer