Un homme désespéré sauvé par des passants

L'homme, qui souffrait d'un cancer, était déçu que... (Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie)

Agrandir

L'homme, qui souffrait d'un cancer, était déçu que les policiers l'empêchent de passer à l'acte.

Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Dominique Gobeil
Le Quotidien

Un homme âgé de 77 ans a tenté de mettre fin à ses jours hier soir en sautant du pont Saint-Anne à Chicoutimi, mais a été arrêté par des promeneurs qui l'ont distrait avant l'arrivée des policiers.

Un jeune couple a tout d'abord aperçu l'homme en train de se débarrasser de ses effets personnels sur un banc, vis-à-vis des anciennes bases de métal dans la rivière Saguenay qui permettaient au pont, à une certaine époque, de pivoter pour laisser passer les bateaux. Après avoir discuté avec lui, la femme s'est sentie désemparée et s'est mise à pleurer, ne voulant pas voir l'acte. Un autre citoyen, qui ne pouvait rester sur place, a pris la relève et appelé les policiers.

intervention d'un passant

Pendant ce temps, un quatrième individu, Étienne Parrot, qui réside dans le secteur Rivière-du-Moulin, a entamé la conversation pour essayer de dissuader l'homme en détresse de sauter. Le désespéré lui a avoué avoir un cancer des intestins depuis deux mois. Découragé de ressentir de la douleur sur le côté du corps, il s'est rendu à un bar où il dit avoir dépensé tout son argent dans des machines de jeu puis a décidé d'en finir.

Rencontré sur les lieux après l'incident, M. Parrot relate lui avoir dit: « Vous ne pouvez pas faire ça, il y a plein de ferraille en bas, vous allez vous faire mal. Je ne ferais pas ça à votre place. » L'homme malade est resté déterminé, en affirmant qu'il finirait bien par se noyer. Son concitoyen lui a alors raconté des anecdotes en rapport avec l'eau pour lui changer les idées.

« Je ne sais pas à quel point il aurait sauté, mais il était prêt. C'était le temps que la police arrive », confie le bon samaritain, qui reste modeste malgré l'importance de son geste. Plusieurs minutes s'étaient écoulées et il ne savait pas que les agents avaient été appelés. Ils ont embarqué l'individu, déçu que ses plans soient contrariés, pour l'hôpital, mais sont restés un bon moment sur le pont.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer