Sûreté du Québec

Policier almatois suspendu

Suspendu depuis près d'un an, le policier Marc... (Photo tirée de Facebook)

Agrandir

Suspendu depuis près d'un an, le policier Marc Fortin est accusé de fabrication de faux document.

Photo tirée de Facebook

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Laura Lévesque
Le Quotidien

Un policier d'Alma est accusé de fabrication de faux document et d'avoir volontairement tenté d'entraver, de détourner ou de contrecarrer le cours de la justice. Marc Fortin, 52 ans, aurait falsifié le registre de présence que des accusés de l'opération Monder, une rafle qui a permis l'arrestation de 17 présumés revendeurs de drogue, devaient signer au poste de la Sûreté du Québec (SQ) pendant les procédures judiciaires.

Un lien de famille aurait motivé le policier à aider deux individus qui avaient omis de se rapporter aux policiers le vendredi 18 juillet 2014.

Selon les informations obtenues par Le Quotidien, les deux accusés se seraient plutôt présentés au poste de la SQ lundi 21 juillet et mardi 22 juillet pour signer le registre. Mais la date inscrite sur ce document était le vendredi, journée que la cour avait ordonnée. Des employés du poste se sont toutefois aperçus que les accusés ne s'étaient pas rapportés. Ils ont suspecté Marc Fortin d'avoir voulu accommoder les deux individus, car c'est lui qui a autorisé leur signature dans le registre. L'agent serait également proche de la famille d'au moins un des accusés.

Procès en septembre

Le policier de la SQ est suspendu depuis près d'un an. Marc Fortin doit revenir au palais de justice d'Alma en septembre prochain pour son procès. Me Mélanie Paré représente le ministère public dans ce dossier pour lequel le dépôt officiel des accusations remonte à l'automne 2014. Mais Marc Fortin a été pris rapidement à défaut, car il a signé une promesse de comparaître le 30 juillet 2014, soit quelques jours après la prétendue fabrication de faux document.

Monder, rappelons-le, a fait suite à l'opération Macaque, durant laquelle plusieurs trafiquants de drogue ont été arrêtés. L'échange d'informations entre les enquêteurs des deux opérations a corroboré certaines preuves, permettant les arrestations de 17 hommes et femmes, âgés de 18 à 54 ans, résidant principalement au Lac-Saint-Jean. Une des accusées était d'ailleurs enceinte à cette époque.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer