L'abbé Harvey se défendra devant juge seul

Le curé Paul-André Harvey... (Rocket Lavoie)

Agrandir

Le curé Paul-André Harvey

Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le prêtre à la retraite, Paul-André Harvey renonce à la tenue d'un procès devant jury et opte plutôt pour un procès à la Cour du Québec et un juge seul.

L'homme de 78 ans fait face à des accusations d'agression sexuelle, d'abus sexuels, d'actions indécentes et d'attentats à la pudeur sur plus de 40 victimes qui étaient âgées de 6 à 12 ans entre les années 1965 et 1995. Une seule des victimes était majeure au moment des incidents.

La vie de l'homme d'Église s'est effondrée en 2012 lorsqu'une première victime a dénoncé les gestes commis. Dans les jours et les semaines qui ont suivi, les enquêteurs de la Sécurité publique de Saguenay ont reçu une foule d'appels téléphoniques de gens qui voulaient aussi dénoncer les actes du curé.

Les victimes se sont alors multipliées pour atteindre le nombre de 41.

Les faits reprochés se sont déroulés dans le diocèse de Chicoutimi, notamment dans les paroisses de Kénogami, Chicoutimi, Saint-David de Falardeau et du Lac-Saint-Jean.

Lundi matin, le client de Me Luc Tourangeau n'a pas assisté aux procédures devant le juge Raymond W. Pronovost, de la Cour supérieure du Québec. Son procureur a rapidement procédé pour indiquer au magistrat que le dossier était transféré en Cour du Québec.

Le curé a été cité à procès à la fin du mois de novembre à la suite d'une enquête préliminaire touchant une seule victime. La juge Micheline Paradis, de la Cour du Québec, l'avait alors cité à procès pour les 77 chefs d'accusation déposés contre lui. Il avait alors opté pour un procès devant juge et jury.

« Si nous avons pris la décision de réopter pour un juge de la Cour du Québec, c'est que ça pourrait être plus rapide et plus efficace. Il est possible que nous puissions avoir une division spéciale avec un juge qui n'aurait qu'à se préoccuper que de ce dossier. On devrait en savoir plus sous peu », a soutenu Me Luc Tourangeau.

De son côté, Me Sébastien Vallée, du bureau du Directeur des poursuites criminelles et pénales, il estime aussi que la gestion du dossier pourrait être plus efficace de cette façon.

« Pour la simple raison que la Cour du Québec siège chaque jour, alors que des dates spécifiques sont réservées pour la Cour supérieure. Ce sera donc plus facile en Cour du Québec », conclut-il.

Les deux parties doivent rencontrer le juge coordonnateur Pierre Lortie afin de déterminer la date du procès. Paul-André Harvey pourrait être fixé le vendredi 17 avril, trois ans après le dépôt des accusations.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer