Derrière les barreaux pour 33 mois

Michel Gagné-Bouchard demeurera incarcéré pour quelques jours encore... ((Archives Le Quotidien))

Agrandir

Michel Gagné-Bouchard demeurera incarcéré pour quelques jours encore avant de penser à une remise en liberté.

(Archives Le Quotidien)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(CHICOUTIMI) Le Chicoutimien Michel Gagné-Bouchard reçoit une peine de 33 mois de pénitencier pour possession et trafic de stupéfiants.

Puisque l'individu de 23 ans ne possède pas une foule d'antécédents judiciaires, les avocats de la défense, Me Julien Boulianne, et de la Couronne, Me Mélanie Paré, ont soumis une suggestion commune au juge Richard P. Daoust.

Gagné-Bouchard devait subir son enquête de remise en liberté lundi matin, au palais de justice de Chicoutimi, à la suite de son arrestation du 18 mars.

Mais étant donné qu'il se trouvait déjà en attente d'un procès (arrestation en novembre 2014) pour des accusations de possession et de trafic de cannabis, de méthamphétamine et de cocaïne, tout en ayant été intercepté en possession d'une arme prohibée, il a plutôt convenu de tout régler immédiatement.

« Il aurait été intéressant que plusieurs jeunes se trouvent au tribunal ce matin pour voir qu'il n'est ni payant, ni intéressant de consommer des stupéfiants et d'en faire le trafic », note Me Boulianne.

En novembre, Gagné-Bouchard a été arrêté par les policiers de Saguenay au moment de transiger une quantité de drogue avec un client à l'intérieur de sa voiture, soit 27 grammes de cocaïne, 658 comprimés de méthamphétamine et 1375 grammes de cannabis, sans oublier un montant de 8397$ provenant de la criminalité. Les policiers avaient aussi découvert une arme prohibée.

Remis en liberté le 19 novembre, Gagné-Bouchard a continué son manège, dans l'espoir de rembourser ses créanciers.

Et le 18 mars, à la suite d'une surveillance policière, ceux-ci ont pénétré dans un local de musique que l'accusé louait sur la rue Davis à Jonquière pour y découvrir 5784 comprimés de méthamphétamine, 7,2 grammes de cocaïne, 1082 grammes de cannabis et une somme d'argent de 5590 $.

« La première fois que mon client a été arrêté, il revendait pour payer une précédente dette de drogue. Comme la dette avait augmenté, il a repris le même processus et s'est fait prendre une autre fois. Il avait complètement arrêté sa consommation de drogue et s'apprêtait à enregistrer un album de musique », a conclu Me Boulianne.

Un membre proche de la famille s'était porté caution en déposant 1000 $ au tribunal afin de s'assurer que Gagné-Bouchard se tiendrait tranquille. La somme a été confisquée.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer