Un autre chef d'accusation contre Otis

Jean-François Otis, un syndiqué en lock-out du garage... (Archives Le Quotidien, Rocket Lavoie)

Agrandir

Jean-François Otis, un syndiqué en lock-out du garage Kia de Chicoutimi, a pu reprendre sa liberté. Mais il ne peut plus se rendre sur les lignes de piquetage.

Archives Le Quotidien, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(CHICOUTIMI) Jean-François Otis, un employé en lock-out du garage Kia Auto de Chicoutimi, est formellement accusé de conduite dangereuse.

Le dossier d'Otis est revenu devant le tribunal, lundi matin, en relation avec les événements du 15 janvier dernier.

Sur une bande vidéo, on voit l'accusé déblayer l'entrée du garage du boulevard du Royaume, à Chicoutimi, à l'aide d'un véhicule tout-terrain muni d'une gratte à l'avant.

Au moment du nettoyage, un autre employé du concessionnaire automobile sort du garage et semble se placer dans la trajectoire du VTT à deux reprises. Chaque fois, le VTT passe tout près de cet employé.

À la suite d'une plainte déposée à la Sécurité publique de Saguenay , Otis a été arrêté et accusé de voies de fait avec lésion. Il serait passé sur le pied de la victime, prétend la poursuite.

Or lundi, à son retour au Palais de justice de Chicoutimi, une nouvelle accusation de conduite dangereuse, a été retenue contre ce travailleur en lock-out.

Otis fait déjà face à des trois accusations de voies de fait simples pour des événements remontant à septembre 2014, à un bris d'engagement, sans oublier les voies de fait avec lésions de janvier 2015.

Le dossier a été reporté au 21 avril.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer