Accusation d'incendie criminelle

Vaillancourt demande une enquête préliminaire

Anne Vaillancourt doit revenir en Cour aujourd'hui pour... ((Photo Le Quotidien, Michel Tremblay))

Agrandir

Anne Vaillancourt doit revenir en Cour aujourd'hui pour fixer une date pour la tenue de son enquête préliminaire.

(Photo Le Quotidien, Michel Tremblay)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

La Jonquiéroise Anne Vaillancourt demande la tenue d'une enquête préliminaire dans son dossier d'incendie criminel.

Les événements reprochés à la femme de 36 ans remontent à la fin du mois de décembre 2014. Elle aurait allumé un incendie dans un logement du boulevard Saguenay, dans le secteur de Jonquière, en sachant que des gens s'y trouvaient, notamment son fils de six ans et son ex-conjoint.

Hier matin, l'avocat en défense, Me Charles Cantin, a demandé la tenue d'une enquête préliminaire, en précisant que le seul témoin qu'il entend faire entendre est l'enquêteur de la Sécurité publique de Saguenay, Kevin Boily.

Sans dévoiler les détails de ses intentions, Me Cantin entend revenir sur la façon de faire de l'enquêteur pour obtenir la déclaration de l'accusée. Il veut contester les commentaires de sa cliente, afin de rendre inadmissible cette déclaration.

« Je veux tester la déclaration et la preuve, afin de nous permettre de nous rendre au procès dans une position plus confortable », note l'avocat.

« Car je crois que la preuve est assez faible pour faire en sorte que ma cliente ne se retrouve pas devant un procès », ajoute le criminaliste.

Jeudi, Me Cantin et sa consoeur de la Couronne, Me Mélanie Paré, auront des discussions afin de savoir quelle direction pourrait prendre le dossier assez rapidement.

« Si je dois faire une preuve de mon côté, j'aurai au moins cinq témoins, dont des victimes, à faire entendre, ce qui prolongera l'enquête préliminaire », de dire Me Paré.

La décision finale sera prise jeudi quant à la date de la tenue de l'enquête préliminaire.

L'accusation d'incendie criminelle - danger pour la vie humaine (article 433 du Code criminel) - à laquelle fait face Anne Vaillancourt est passible de la prison à perpétuité. Son avocat aurait préféré qu'elle soit accusée d'incendie criminel pour dommage au bien d'autrui (article 434) qui est passible de 14 ans de prison.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer