Sortie de route à Jonquière

Le texto montré du doigt

L'utilisation du cellulaire au volant aurait pu avoir des conséquences graves... (Michel Tremblay)

Agrandir

Michel Tremblay

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(JONQUIÈRE) L'utilisation du cellulaire au volant aurait pu avoir des conséquences graves pour une jeune conductrice, hier, à Jonquière. Elle était possiblement en train de texter lorsqu'elle a perdu le contrôle de son véhicule sur la rue Panet. Fort heureusement, elle n'aurait subi que des blessures mineures.

La sortie de route est survenue vers 19 h 30, entre le boulevard René-Lévesque et la rue Alexis-le-Trotteur. Selon les traces de pneus qui étaient visibles sur la chaussée, le véhicule a brusquement changé de direction, traversé la voie inverse et frappé un poteau de lumière avant de s'enfoncer dans le fossé. Le lampadaire n'a pas tombé, mais a subi des dommages.

Le lieutenant de la Sécurité publique de Saguenay (SPS), Jean-François Gauthier, ne pouvait pas confirmer hors de tout doute que la jeune fille textait, mais il s'agit selon lui d'une option fort probable.

«Évidemment, ils (les conducteurs) ne nous l'avouent pas, mais il s'agit d'une possibilité. Il y a peut-être aussi l'inexpérience ", a souligné M. Gauthier en fin de soirée.

Sur les lieux de l'accident, un policier de la SPS a récupéré le cellulaire de la jeune fille pour analyser l'historique des appels et des textos.

Des membres de sa famille et des amis ont été rencontrés sur place, dont son copain. Il dit s'être présenté sur les lieux aussitôt qu'elle l'a informé de l'accident. Selon ses dires, sa copine était alors coincée dans la voiture.

Visiblement inquiets, ses proches ne pouvaient toutefois pas expliquer les circonstances de l'accident. Selon ce que des amis ont dit au Quotidien, la conductrice serait âgée de 17 ans et aurait fêté son anniversaire samedi. Les policiers n'ont pu le confirmer.

Pinces

Les pinces de désincarcération ont été nécessaires pour extirper la conductrice de sa fâcheuse position. Elle a été coincée dans son véhicule une trentaine de minutes et les pompiers ont dû enlever le toit pour la sortir de là. La voiture s'est retrouvée sur le côté dans le fossé.

Selon la superviseure de la Coopérative des techniciens ambulanciers du Québec (CTAQ), la conductrice a été consciente tout au long de l'opération. Elle présentait des douleurs dorsales et cervicales, mais son état était jugé stable.

«Pour l'instant, je ne peux pas confirmer si elle a subi d'autres blessures. Elle a été conduite à l'Hôpital de Chicoutimi pour subir des examens. Il s'agit d'un impact à haute vélocité, alors il peut toujours y avoir des blessures internes ou des fractures ", a expliqué la superviseure de la CTAQ.

Identité dévoilée

Le jeune homme qui a perdu la vie, samedi matin, à Métabetchouan-Lac-à-la-Croix, est Jean-Philippe Gagnon, 27 ans, originaire de l'endroit. L'accident est survenu sur le rang Saint-André, peu avant 8h30.

Le conducteur n'a eu aucune chance après avoir été éjecté de son véhicule à la suite d'un violent capotage. Il venait d'effectuer un dépassement interdit lorsqu'il a perdu la maîtrise de sa Subaru. Hier, la Sûreté du Québec ne pouvait toujours pas dire si la vitesse ou l'alcool avaient joué un rôle dans ce violent accident qui n'a impliqué qu'un seul véhicule.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer