Deux nouvelles enquêtes confirmées

Serge Lachance, un fournisseur d'équipement de scène, a... (Photo Michel Tremblay)

Agrandir

Serge Lachance, un fournisseur d'équipement de scène, a été appelé en fin d'après-midi hier à compléter son témoignage. Il sera contre-interrogé en avril.

Photo Michel Tremblay

Partager

(CHICOUTIMI) Le déroulement du premier procès pour tentative de fraude du promoteur culturel Robert Hakim a fait du sur place, hier, avec l'exigence de la défense de connaître tout le contenu d'une enquête en cours sur une allégation d'entrave.

Le 7 décembre dernier, Robert Hakim a reçu une citation à comparaître le 18 janvier au Palais de justice de Chicoutimi pour répondre des conclusions d'une enquête en cours sur des allégations d'entrave à la justice concernant les accusations qui pèsent contre lui. L'enquête origine d'une déclaration du témoin principal de la Couronne: le fournisseur d'équipement de scène Serge Lachance.

Dès qu'il est informé de la citation de son client, l'avocat de la défense Jean-Marc Fradette communique avec l'enquêteur André Parent le jour même pour obtenir des informations additionnelles. Me Fradette déclare à l'enquêteur que ce serait plutôt au témoin principal d'être enquêté et allègue un méfait public et un parjure à son endroit. Il offre aussi à l'enquêteur d'adresser le dossier à la Sûreté du Québec si sa demande le met «mal à l'aise». La SPS assigne deux enquêteurs à la demande de l'avocat.

Conséquences

Hier au procès pour tentative de fraude, l'avocat a présenté une requête pour obtenir tout le dossier incluant toutes les déclarations des témoins de l'enquête sur les allégations d'entrave de Robert Hakim. L'avocat tient à obtenir cette information en vertu du principe d'une défense pleine et entière. Il veut détenir ces informations avant de contre-interroger le témoin principal dans le présent procès.

L'avocat de la Couronne, Me Sévastien Vallée, a fait le point sur les deux enquêtes en cours. Dans le cas de l'entrave alléguée de Robert Hakim, il n'a pas encore vérifié tout le contenu du travail policier et craint que la divulgation des informations ne mette en danger les conclusions de l'enquête. Il est disposé à fournir les déclarations de Serge Lachance et de Robert Hakim, sans plus. D'ailleurs, il n'y a pas encore de décision de prise pour accuser ou non le promoteur culturel d'entrave et cette décision ne sera pas prise le 18 janvier.

L'enquêteur est à la recherche d'informations additionnelles et Me Vallée craint que ces informations disparaissent si elles sont portées à la connaissance du public. Pour démontrer le sérieux du processus, il offre au juge de lui dévoiler toutes ces informations à huis clos et en dehors de la présence de l'accusé ou de son avocat pour qu'il statue, ce que la défense refuse.

Le juge Jean Hudon de la Cour du Québec a été monopolisé presque toute la journée par les arguments des parties. Il rendra une décision le 15 février, ce qui reporte le contre-interrogatoire du témoin principal à la deuxième semaine d'avril.

Par ailleurs, Serge Lachance a été appelé en fin d'après-midi à compléter son témoignage en chef. Il sera contre-interrogé en avril. Ce matin, la Couronne complète sa preuve avec les responsables des écritures des compagnies de Robert Hakim et de Serge Lachance.

Slemelin@lequotidien.com

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer