Une évaluation psychiatrique

Alexandre Savard-Tremblay devra subir une évaluation psychiatrique pour... (Photo Jeannot Lévesque)

Agrandir

Alexandre Savard-Tremblay devra subir une évaluation psychiatrique pour déterminer sa responsabilité criminelle au moment de l'accident qui a coûté la vie à un citoyen de 53 ans de Saguenay à l'angle Sainte-Anne et de l'Université, vendredi soir dernier.

Photo Jeannot Lévesque

Partager

(CHICOUTTIM) Alexandre Savard-Tremblay était-il apte à comprendre la gravité de ses gestes lorsqu'il a tenté de fuir une patrouille de la Sécurité publique de Saguenay à bord d'un véhicule volé vendredi dernier?

L'événement a eu des conséquences graves: le véhicule a heurté une autre voiture conduite par Hébert Boulianne, un père de famille de 53 ans qui a perdu la vie dans cette collision survenue à l'angle des rues Sainte-Anne et du boulevard de l'Université à Chicoutimi.

Le chauffard de 20 ans, sans domicile connu, a comparu hier devant le juge Richard Daoust au Palais de justice de Chicoutimi. Savard-Tremblay avait déjà comparu par téléphone pendant la fin de semaine avant de revenir devant le tribunal pour sa mise en accusation. Il fait face à des accusations de conduite dangereuse ayant causé la mort, délit de fuite causant la mort, vol d'automobile, possession de marijuana, possession de cocaïne, bris d'engagement et bris de probation.

Le suspect de ce délit de fuite mortel a pris la direction de l'hôpital de Chicoutimi où il sera détenu pour une période de 30 jours suivant la décision du juge. Il devra en même temps subir des examens afin de déterminer s'il était en mesure de comprendre ce qu'il faisait.

Violente collision

Vendredi soir dernier, Alexandre Savard-Tremblay a volé une camionnette. Il a été poursuivi par une patrouille. Il a voulu semer les policiers et n'a pas freiné au feu de circulation situé à l'intersection Sainte-Anne et de l'Université. C'est à cet endroit qu'il a provoqué une violente collision qui a fait une victime. Il a quitté les lieux de la collision à pied pour tenter de semer à nouveau les policiers. Il a été retrouvé dans un appartement de la rue La Doré où il a été mis en arrestation avant d'être conduit à la centrale policière.

La requête de Me Luc Tourangeau pour obtenir des examens psychiatriques sur la responsabilité criminelle de son client et sa détention à l'hôpital de Chicoutimi n'est pas passée comme lettre à la poste. Le représente de la Direction des poursuites criminelles et pénales, Me Marie-Josée Hamelin-Gagnon, qui était accompagnée de sa collègue Sabrina Tremblay, a tenté d'obtenir le rejet de la requête.

«J'ai rencontré mon client au cours des derniers jours et je dois demander que l'on réalise des examens pour déterminer sa responsabilité criminelle au moment des événements. Il doit aussi séjourner à l'hôpital puisque sa médication pour des problèmes psychiatriques doit être ajustée», a soutenu le criminaliste à quelques reprises.

La Couronne a réagi vivement en soumettant au juge qu'aucun élément ne permettait de douter de cette responsabilité. Après des échanges entre les parties, le juge Richard Daoust a ordonné la détention à l'hôpital de Chicoutimi ainsi que les examens. Me Luc Tourangeau en dernier recours a évoqué la Charte en affirmant que le tribunal devait lui permettre de présenter la défense la plus complète dans les circonstances.

Malgré la décision du juge Daoust, Me Hamelin-Gagnon a déposé la très longue feuille de route de cet individu de 20 ans. À l'époque où il fréquentait le tribunal de la jeunesse, Alexandre Savard-Tremblay démontrait déjà des comportements violents,. Il a été reconnu coupable d'accusations de voies de fait ayant causé des lésions corporelles, voies de fait armées et introduction par effraction.

Sans critiquer la décision du magistrat qui a reçu la feuille de route du jeune criminel au tribunal de la jeunesse quelques secondes après avoir rendu sa décision, Me Hamelin-Gagnon a fait ressortir le caractère violent du suspect. Elle considère que l'hôpital de Chicoutimi n'est pas nécessairement l'endroit doté des ressources nécessaires pour assurer la détention d'un individu au passé aussi impressionnant malgré son jeune âge.

Le suspect sera de retour devant le tribunal dans 30 jours. Le rapport médical sera alors communiqué à la cour pour la suite des procédures. o

Ltremblay@lequotidien.com

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer