Pas le temps de poursuivre le suspect

Hébert Boulianne prenait place dans cette voiture lorsqu'il... (Photo Rocket Lavoie)

Agrandir

Hébert Boulianne prenait place dans cette voiture lorsqu'il a été heurté.

Photo Rocket Lavoie

Partager

Sur le même thème

(CHICOUTIMI) Les policiers de la Sécurité publique de Saguenay n'auraient même pas eu le temps d'entreprendre une poursuite policière, vendredi soir, sur la rue Sainte-Anne. À peine venaient-ils de faire demi-tour que l'accident mortel se produisait.

Depuis vendredi soir, certaines personnes s'interrogent sur la nécessité de maintenir une poursuite policière et ainsi mettre la sécurité des automobilistes en péril. Mais encore faut-il qu'il y ait eu une poursuite vendredi soir.

Selon les informations obtenues, les patrouilleurs impliqués auraient fait demi-tour sur la rue Sainte-Anne et auraient allumé les gyrophares pour signaler à l'automobiliste qu'ils voulaient l'intercepter. Ils se seraient placés dans un premier temps en mode interpellation.

«Dès qu'ils ont fait demi-tour, l'individu ne s'est pas arrêté et a plutôt poursuivi sa route. Quelques centaines de pieds plus loin, il est allé frapper une autre voiture qui circulait sur le boulevard Université», raconte une source, qui préfère conserver l'anonymat.

Procédures à suivre

Il faut savoir que les agents doivent respecter certaines procédures avant de se lancer dans une poursuite policière contre un chauffard.

Si jamais la situation se produit, les patrouilleurs avisent le responsable de la centrale de police et c'est ce dernier qui prend les commandes. À la seconde près, il est informé de la situation et prend les meilleures décisions afin d'arrêter le fuyard, mais surtout éviter que toute autre personne ne soit blessée.

Si la situation devient trop dangereuse, les agents sont appelés à interrompre la poursuite, tout en gardant un oeil sur l'automobiliste en espérant pouvoir l'intercepter dans un moment plus propice.

Il est assez rare que des poursuites policières se déroulent sur le territoire de Saguenay et dans la très grande majorité des cas, elles sont abandonnées.

Mais étant donné que les autres patrouilleurs sont au courant de la situation, ils peuvent tenter d'intercepter l'individu en toute sécurité.

Depuis vendredi soir, les policiers de Saguenay ont remis le dossier aux enquêteurs de la Sûreté du Québec, qui verront à faire toute la lumière sur les événements mortels.

Ceux-ci ont pris plusieurs heures samedi pour reconstituer le fil de l'accident et prendre toutes les informations nécessaires pour mener leur enquête.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer