Procès de la Félicinoise Thérèse Paré

Deux présumées victimes entendues

L'avocat de l'accusée, Me Louis Belliard.... (Archives Isabelle Tremblay)

Agrandir

L'avocat de l'accusée, Me Louis Belliard.

Archives Isabelle Tremblay

Partager

Isabelle Tremblay
Le Quotidien

(ROBERVAL) En attendant la tenue du procès de la présumée fraudeuse de Saint-Félicien, Thérèse Paré, deux témoins ont été appelés à comparaître, hier après-midi, dans le cadre d'une Commission rogatoire. Il s'agit de Raymond Roy et d'Armand Bouchard, deux présumées victimes de Mme Paré.

Le contenu de leurs propos sera versé en preuve lors du procès de la femme de 59 ans, qui aura lieu durant la semaine du 18 mars 2013, au palais de justice de Roberval.

L'accusée, qui a assisté au début de la Commission rogatoire, fait face à une multitude de chefs d'accusations de fraude, tentative de fraude, supercherie, mensonge et usurpation d'identité.

La juge de la Cour du Québec, Johanne Roy, a entendu les interrogatoires et contre-interrogatoires de deux des trois témoins qui devaient défiler à la barre. Les témoignages se poursuivront, cet après-midi, au palais de justice de Roberval.

«Ce fut très laborieux, puisqu'il s'agit de vieilles personnes qui ne témoignent pas facilement. Elles ont de la difficulté avec leur mémoire et à comprendre les questions qui leur sont posées. C'est très confus et ce n'est pas évident, mais c'est préliminaire. Il ne s'agit que d'une partie de la preuve de la poursuite», indique l'avocat de l'accusée, Me Louis Belliard.

La création de cette Commission rogatoire a été proposée, le vendredi 5 octobre dernier, lors de la journée où devait s'amorcer le procès de la quinquagénaire. À ce moment, l'imposant nombre de dossiers figurant au rôle de la cour n'a pas permis le début du procès. Les parties ont opté pour la création de cette commission, étant donné que certains des témoins sont des personnes âgées alors que pour d'autres, l'état de santé pourrait se détériorer.

Thérèse Paré est accusée d'avoir fraudé des personnes âgées sur le parvis de différentes églises de la région. La présumée fraudeuse aurait soutiré plus de 100 000 dollars à une dizaine de personnes âgées du nord du Lac-Saint-Jean. Selon l'enquête policière, l'accusée se rendait sur les perrons des églises pour approcher ses victimes, souvent âgées de 80 à 90 ans. Le stratagème de la femme aurait été utilisé à maintes occasions. Elle se serait fait passer pour un lointain membre de la famille de ces personnes et prétendait souffrir d'une grave maladie.

Elle aurait fait des victimes à Saint-Félicien, Dolbeau-Mistassini, Saint-Thomas-Didyme et Saint-Edmond-les-Plaines.

Mme Paré n'a aucun antécédent judiciaire. Elle est en liberté pendant la durée des procédures.

Itremblay@lequotidien.com

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer