La maison-musée de Daniel T. Tremblay

Ce qui est constant chez Daniel T. Tremblay,... (Photo Le Quotidien, Michel Tremblay)

Agrandir

Ce qui est constant chez Daniel T. Tremblay, c'est son désir de partager sa peinture, même si ça ne mène pas à une vente.

Photo Le Quotidien, Michel Tremblay

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Daniel Coté
Le Quotidien

Brancusi disait que l'architecture, c'est la création de sculptures habitées. Le principe vaut pour la plupart des résidences, mais pas celle de Daniel T. Tremblay, dont le talent s'est déployé dans toutes les pièces au cours des huit dernières années. Des tableaux ont vu le jour sur un large éventail de supports, en effet, qu'il s'agisse de toiles, de planches de contreplaqué, de bouts de bois, de portes et d'objets divers, dont la poubelle de la cuisine.

« La maison est pleine. J'en ai un minimum de 150 », rapporte le Chicoutimien, dont le sourire laisse entendre qu'il y en a bien davantage à l'intérieur de son cinq et demi. Peu importe où on se trouve, même dans la salle de bain, il est impossible de ne pas voir au moins une dizaine d'oeuvres, à moins de fermer les yeux. C'est en raison de cette abondance que le 30 rue Price Ouest représente l'équivalent d'une toile habitée.

L'atelier de Daniel T. Tremblay se trouve en face de la télévision, dans ce qui tient lieu de salon. Quand on signale la présence d'une modeste fenêtre dans les parages, le peintre répond que la lumière naturelle ne lui serait pas d'un grand secours, puisqu'il ne travaille jamais avant 20 h. Son art le tient occupé jusqu'au coucher et les jours de congé sont rares.

« J'ai commencé il y a plus de 30 ans et comme on peut le constater lorsqu'on se rend chez moi, j'aborde différents styles. Il y a des pièces abstraites, d'autres qui sont figuratives », décrit le Chicoutimien. Les formes géométriques constituent l'une de ses pistes favorites, comme l'illustrent les cercles et les étoiles regroupés à l'intérieur d'une toile qui, justement, est ronde. Le ton, lui, oscille entre joie et gravité, au gré de ses humeurs.

Ce tableau de Daniel T. Tremblay constitue un... (Photo Le Quotidien, Michel Tremblay) - image 2.0

Agrandir

Ce tableau de Daniel T. Tremblay constitue un hommage à Beethoven. Il fait partie des oeuvres regroupées à l'intérieur de sa résidence de la rue Price, à Chicoutimi.

Photo Le Quotidien, Michel Tremblay

Daniel T. Tremblay se promène entre l'abstraction et... (Photo Le Quotidien, Michel Tremblay) - image 2.1

Agrandir

Daniel T. Tremblay se promène entre l'abstraction et la figuration, au gré de ses humeurs, tout en affichant un goût prononcé pour les formes géométriques, ainsi que le montre ce tableau provenant de sa collection personnelle.

Photo Le Quotidien, Michel Tremblay

Une galerie sur la galerie

Ce qui est constant chez Daniel T. Tremblay, c'est son désir de partager sa peinture, même si ça ne mène pas à une vente. En témoigne la présence de toiles sur sa galerie, un mot qui, dans ce cas-ci, revêt plus d'un sens. « Elles remontent à mon arrivée ici et je ne les enlève jamais, hiver comme été. Une seule est vraiment endommagée et c'est à cause du soleil. La neige, la pluie, n'affectent pas l'acrylique », estime l'artiste.

Vivre à travers tant d'images doit être étourdissant, du moins c'est qu'on aurait tendance à penser. Le maître des lieux comprend cette réaction, sans toutefois la partager, du moins pas complètement. « C'est drôle parce que des fois, je ne vois plus les tableaux. Tant mieux, sinon je deviendrais fou », lance-t-il en riant. À vrai dire, il lui arrive rarement de se lasser de l'une de ses oeuvres. Quand ça se produit, c'est le signe qu'elle n'était pas vraiment bonne.

Parmi ses supports favoris, Daniel T. Tremblay mentionne les portes. Il aime leur format, ainsi que leur surface de bois sur laquelle il est possible d'étamper des motifs à l'aide, notamment, de matière textile enduite de peinture. Ces temps-ci, il y en a une douzaine dans son appartement, toutes transformées en tableaux, mais pas toutes accrochées.

Activité portes ouvertes

Quatre autres portes sont demeurées vierges de tout motif parce qu'elles se trouveront au coeur de l'activité portes ouvertes que le Chicoutimien tiendra mercredi, de 13 h à 16 h, puis de 17 h à 19 h. Le 16 août étant sa date de naissance, c'est ainsi que l'artiste entend célébrer ses 61 ans, entouré d'amateurs qui le verront produire en direct, dans la cour arrière. « S'il pleut, ce sera remis au lendemain », précise-t-il, en ajoutant que cette activité est gratuite et ouverte à tous.

Pas du genre à se faciliter la vie, Daniel T. Tremblay entend respecter quatre concepts différents à l'occasion de sa performance. Une porte sera étampée au moyen d'une catalogne héritée de sa mère, alors qu'une autre sera peinte à l'aérosol, une troisième au rouleau, ainsi qu'avec des instruments de cuisine, et la dernière à la façon de Jackson Pollock, en mode « dripping ».

« J'espère qu'il y aura du monde parce que c'est ma façon de briser l'effet garde-robe, le fait que mes oeuvres sont rarement exposées à la vue de tous. L'événement va se dérouler dans la cour et le violoncelliste François Lamontagne viendra jouer de la musique. Les gens qui le désirent pourront aussi visiter mon appartement. S'ils achètent de quoi, ce sera bien correct, mais ce n'est pas obligatoire », énonce le peintre.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer