• Le Quotidien > 
  • Arts 
  • > Kawandak et Michel Faubert, une performance unique en son genre 

Kawandak et Michel Faubert, une performance unique en son genre

Le quatuor Kawandak, fondé en 2008 par le... (Courtoisie)

Agrandir

Le quatuor Kawandak, fondé en 2008 par le compositeur Normand Guilbeault, livrera une performance unique en son genre, lors de son passage dans le cadre du Festival de contes et légendes Atalukan, le 10 août, au Vieux Couvent de Saint-Prime. Le groupe sera alors accompagné du conteur et chanteur Michel Faubert.

Courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le conteur et chanteur Michel Faubert et le quatuor Kawandak livreront une performance unique en son genre, à l'occasion du Festival de contes et légendes Atalukan, qui rassemblera un mélange de contes, de chants, de musique traditionnelle autochtone et de jazz.

Le quatuor Kawandak... (Photo tirée de Facebook) - image 1.0

Agrandir

Le quatuor Kawandak

Photo tirée de Facebook

Le festival, qui en est à sa septième édition, les accueillera le jeudi 10 août, au Vieux Couvent de Saint-Prime, à 20h30. Le spectacle fait partie des nombreuses activités du festival qui se déroule cette année sous le thème «Oralité vivante» et qui se déploie à Mashteuiatsh, Roberval, Péribonka, Desbiens, Saint-Gédéon et Alma, notamment, du 8 au 13 août.

Michel Faubert et le quatuor Kawandak, mis sur pied en 2008 par le compositeur Normand Guilbeault, ont partagé la scène à quelques reprises jusqu'à maintenant. Chacune de leur représentation est cependant unique. «Je raconte, avec des ambiances musicales semi-improvisées, propres au jazz, et je chante également, a expliqué l'artiste, lors d'un entretien avec Le Progrès. [...] Ça ne ressemble à rien: les thèmes musicaux amérindiens sont reconnaissables, mais avec une approche jazz et des solos de guitare électrique.»

Plus précisément, Kawandak se définit comme un groupe de musique autochtone alliant chants sacrés métissés, blues, jazz et rock. Pour bien saisir l'unicité et la richesse du concept, il ne suffit que d'aller voir quelques performances du quatuor sur la toile, et de collaborations précédentes avec Michel Faubert.

Le son singulier de Kawandak est intimement lié aux origines métisses de son fondateur, contrebassiste et compositeur-interprète de jazz, qui a voulu dans sa démarche musicale se rapprocher de ses racines amérindiennes.

Pour Michel Faubert, le spectacle offert à Saint-Prime aura cependant une saveur particulière. «Je n'ai pas souvent eu l'occasion d'aller dans des festivals autochtones et je suis très heureux de pouvoir y participer», a souligné l'invité spécial du festival d'Atalukan, pour qui son passage à Mashteuiatsh représentera une deuxième incursion en territoire innu.

Échanges et partage

L'artiste sera présent tout au long du festival. Le vendredi 11 août en matinée, il aura l'occasion de partager sa passion et son art de conteur à la bibliothèque de Roberval. Dans une tout autre ambiance, le samedi 12 août, les participants se retrouveront autour d'un feu de camp au Camping Plage Robertson, à Mashteuiatsh, pour l'écouter.

L'artiste natif de Rigaud, qui n'a pas d'ancêtres autochtones, s'est toujours intéressé à la culture des Premières nations, de par son amour pour la tradition orale. «Jeune, je lisais des complaintes et des chants légendaires traduits en français. J'ai toujours été fasciné par ce mélange entre cet univers qui se situe à une zone frontalière entre les origines judéo-chrétiennes des premiers Européens et le monde des esprits amérindiens», a-t-il souligné.

Son passage dans la communauté innue sera pour lui l'occasion de s'inspirer de ses rencontres avec les membres de la communauté et les invités du festival, dont la poète innue et porte-parole de l'événement, Joséphine Bacon, et l'ethnologue Bertrand Bergeron, entre autres personnalités présentes.

Et ce ne sera pas la première fois que l'esprit de Mashteuiatsh l'inspire, lui qui a puisé dans l'oeuvre de l'artiste en arts visuels, Diane Robertson, et son installation Le Dormeur pour composer le conte La dernière chasse de John Dubé.

De nombreuses activités

Le Festival de contes et légendes Atalukan offrira quelques nouveautés cette année, tout en misant sur sa formule connue, qui attire de plus en plus de participants année après année.

La conteuse Lucie Bisson contribuera cette année à propager l'ambiance du festival en parcourant le Camping plage Robertson de Mashteuiatsh pour y livrer de courts contes. Une projection de film et de nouveaux conférenciers, tels que Guy Sioui, sont aussi attendus lors du festival jeannois. Un atelier d'herborisation conté, qui risque d'être populaire, est aussi de retour cette année. Donné par Joan Pawnee, l'atelier allie partage de la tradition orale du savoir ancestral sur les propriétés des plantes.

Le Grand rabaska sera encore au rendez-vous cette année. « Ce n'est pas une nouveauté, mais c'est une activité qui semble nouvelle pour bien du monde, car ce n'est pas tout le monde qui a pu l'essayer, et c'est quelque chose qui fonctionne vraiment bien », explique Sonia Robertson, présidente et directrice artistique du festival, qui est présenté par la Fondation Diane-Robertson. Environ 10 personnes peuvent monter à bord d'un canot fabriqué à la main pour suivre un conteur qui livrera ses histoires au gré des coups de pagaie.

Chose certaine, le festival permet d'intéresser la jeune génération à la tradition orale, un effet qui s'observe maintenant à Mashteuiatsh, après six éditions du festival Atalukan. « Ça ravive l'intérêt, c'est certain, constate l'organisatrice. Les jeunes conteurs, à travers les ateliers, se forment, ça leur donne confiance et des outils. Ils vont avoir davantage tendance à créer leurs propres contes. »

L'an dernier, le festival de contes et légendes a attiré plus de 2400 personnes et si la tendance suit celle des dernières éditions, l'achalandage devrait encore cette année être appelé à augmenter.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer