• Le Quotidien > 
  • Arts 
  • > Thomas Hellman: une plongée artistique inusitée 

Thomas Hellman: une plongée artistique inusitée

Ce sont les deux mêmes musiciens qui suivent... (Archives Le Quotidien, Michel Tremblay)

Agrandir

Ce sont les deux mêmes musiciens qui suivent Thomas Hellman sur la tournée, et ils jouent tous de plusieurs instruments.

Archives Le Quotidien, Michel Tremblay

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Pauline Mourrat
Le Quotidien

Une plongée artistique inusitée. Ce sont les mots qu'a utilisé Thomas Hellman pour décrire le spectacle qu'il donnera vendredi soir à l'Auberge Île du Repos, à Péribonka, dans le cadre de sa tournée Rêves américains, de la ruée vers l'or à la Grande Crise.

L'artiste prépare un mélange de concert musical, de théâtre et de conte pour inviter les spectateurs à revivre les années 30 en Amérique. Pour créer le spectacle, Thomas Hellman s'est inspiré des chroniques qu'il a écrites pour la radio de Radio-Canada, près d'une trentaine en trois ans. « J'ai décidé d'en faire un spectacle parce qu'il y avait tellement de personnages et d'histoires extraordinaires, je voulais leur donner une forme », raconte Thomas Hellman en entrevue téléphonique avec Le Quotidien.

En mélangeant des sonorités blues et folk, Thomas Hellman souhaite faire revivre la conquête de l'ouest jusqu'à la période de la crise. C'est l'artiste lui-même qui a adapté ses textes en musique. Il s'est aussi inspiré des textes d'époque comme ceux de John Steinnbeck dans son livre Les raisins de la colère qui raconte l'histoire d'une famille pendant la Grande Dépression de 1929.

Accompagné des deux mêmes musiciens depuis le début de la tournée, ils comptabilisent au total pas moins de huit instruments. « On est tous des instrumentalistes, on s'échange les instruments pour donner vie aux personnages », décrit Thomas Hellman qui joue entres autres du ukulélé, de la guitare et de l'harmonica.

Nul besoin de connaître l'histoire de l'Amérique pour apprécier le spectacle, puisque l'artiste la raconte, la joue. Le spectacle est divisé en deux parties : la construction du mythe américain, et tout ce que sous-entend le mythe. La lutte des classes, la souffrance des laissés pour compte et le massacre des Amérindiens ont donc leur place sur scène.

La plupart des chansons sont en français, mais Thomas Hellman a décidé de conserver une petite partie des dialogues en anglais pour rendre les textes encore plus vivants. Il s'est notamment inspiré de l'histoire de sa grand-mère qui était Américaine. « Certaines chansons, c'est elle qui me les a apprises, elles sont inconnues et n'ont jamais été enregistrées », raconte Thomas Hellman.

L'artiste souhaite donc rendre hommage à cette époque et à la musique qui a bercé son enfance. « C'est une musique qui peut encore nous parler aujourd'hui, qui a tellement à nous dire et qui a toujours une valeur, ajoute Thomas Hellman. Cette histoire a besoin d'être entendue aujourd'hui, c'est une histoire qui ressemble beaucoup à celle que les gens vivent en ce moment. Le spectacle raconte l'histoire d'une plongée dans la noirceur qui émerge dans la lumière, c'est rempli d'espoir. »

Face au succès de la tournée et de l'album Rêves américains, tome 1, Thomas Hellman travaille déjà sur le tome 2 qui devrait paraître à l'hiver 2018.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer