FIAMS: une fourmi géante à Jonquière

Cette scène est l'une des plus spectaculaires de... (Photo Le Progrès, Rocket Lavoie)

Agrandir

Cette scène est l'une des plus spectaculaires de La fourmilite. Elle montre un personnage formé de tiroirs en bois aux prises avec une vieille dame transformée en fourmi géante à la suite d'une expérience scientifique qui a mal tourné. Cette pièce sera présentée à nouveau samedi à 13h 30 et 19h, au Parc de la Rivière-aux-Sables.

Photo Le Progrès, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Daniel Coté
Le Quotidien

Un vent d'automne soufflait sur le Parc de la Rivière-aux-Sables, vendredi après-midi. Des nuages noirs laissaient planer la menace d'une ondée, mais partout sur le site, on retrouvait des gens qui n'accordaient qu'une importance relative au climat. Recoupant toutes les tranches d'âges, avec une pointe marquée chez les moins de dix ans, ils tenaient à assister aux premiers spectacles extérieurs offerts dans le cadre du Festival international des arts de la marionnette à Saguenay.

Temps frais ou pas, de nombreuses personnes ont... (Photo Le Progrès, Rocket Lavoie) - image 1.0

Agrandir

Temps frais ou pas, de nombreuses personnes ont assisté à la représentation de La fourmilite donnée vendredi après-midi, à Jonquière.

Photo Le Progrès, Rocket Lavoie

Le ciel jonquiérois a tenu le coup, finalement, si bien qu'ils étaient des centaines à s'agglutiner, assis et debout, autour de la scène où a été donnée la première représentation de La fourmilite, une création de la compagnie québécoise Échantillon 23. Formé de tiroirs en bois que les interprètes déplacent à la manière d'un jeu de blocs, le décor posé sur la Place de la Francité fut tour à tour un laboratoire, le bureau d'un président fou, ainsi qu'une ville en proie à la panique en raison de la présence d'une fourmi géante.

L'histoire est celle du professeur Bensikov, qui cherche un remède afin de guérir sa vieille mère. Il croit avoir échoué de nouveau quand l'une de ses recettes se trouve enrichie par l'apparition inopinée d'une fourmi. La vieille dame boit le produit et devient hyperactive, athlétique, un brin énervée, ce qui impressionne le militaire qui préside le pays. Il oblige le savant à lui remettre son invention, première étape devant mener à sa commercialisation sous le nom de Power Punch.

Les péripéties abondent, toujours rehaussées par de la musique provenant de l'Europe de l'Est, souvent de facture classique. On se croirait dans la Syldavie de Tintin, mais avec une touche fantastique illustrée par la transformation extrême de la mère, qui devient une énorme fourmi que même son fils ne peut plus raisonner. Quant au dictateur, il a été mal inspiré de boire un peu de la potion magique, puisqu'il vit maintenant séparé de son corps.

Le ton comique et les nombreux rebondissements ont amusé les adultes au même titre que les enfants. Ils ont aussi apprécié les trouvailles visuelles émaillant le spectacle, comme la fois où l'un des interprètes - ils sont trois, tous très alertes - s'est couvert de tiroirs avant de chercher noise à la fourmi géante. On a aussi pensé au film King Kong en voyant celle-ci entourée de deux minuscules avions, l'un piloté par la tête du président, l'autre par son corps.

Ce spectacle qui sera repris samedi, à 13h 30 et 19h, constitue un pur divertissement, du théâtre exempt de toute notion pédagogique. La fourmilite dure une quarantaine de minutes et pour plusieurs, elle aura représenté le point de départ d'une série de représentations - toutes gratuites - données par les troupes participant au festival. Pour bâtir son propre circuit, rien de plus simple. Il suffit de consulter l'horaire, puis de marcher d'une scène à l'autre en ne perdant pas trop de temps. Les meilleures places s'envolent rapidement.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer