La musique du Lac résonne à Roberval

Les Dales Hawerchuk ont entamé la soirée rock... (Photo Le Quotidien, Gimmy Desbiens)

Agrandir

Les Dales Hawerchuk ont entamé la soirée rock jeannoise jeudi soir à la Traversée internationale du lac Saint-Jean. Ils ont été suivis par Fred Fortin

Photo Le Quotidien, Gimmy Desbiens

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le «son du Lac» a retenti de toutes ses forces jeudi soir à Roberval avec les prestations des Dales Hawerchuk et de Fred Fortin sur le bord du lac Saint-Jean, devant environ 1500 personnes.

Les musiciens aux liens multiples étaient les invités de la 63e Traversée internationale du lac Saint-Jean. «Une soirée de rock consanguin», disait Fred Fortin. Celui-ci est membre de Gros Mené et Galaxie avec le batteur des Dales Hawerchuk, Pierre «Crocodile» Fortin. Et le meneur de Galaxie Olivier Langevin, qui accompagnait Fred Fortin sur scène jeudi, a été le mentor des Dales à leurs débuts. Presque des cousins, donc. 

Bien que l'identité jeannoise était bien présente chez les artistes, le rock plus brut des Dales et les tonalités plus recherchées de Fred Fortin ont de quoi rejoindre des publics un peu différents.

Les premiers ont d'abord foulé les planches avec des pièces de leur plus récent album Désavantage numérique sorti en novembre 2016, comme Pandore et Désastre.

«On a rien qu'une vie à vivre, il faut profiter des bons moments. Ce soir c'en est un, parce qu'on fait ce show-là partout au Québec, mais là on est chez nous pis c'est la Traversée!», s'enthousiasmait le chanteur et guitariste Sylvain Séguin, qui alterne les rôles avec son frère Sébastien.

Et pour illustrer ce moment jeannois, la chanson J'monte au lac était bien indiquée, surtout quand on pense à tous les gens qui convergent vers Roberval durant la Traversée. Pour ce titre tiré du premier album, on sentait bien la fébrilité de la foule, pas refroidie par le temps frisquet. Même chose pour Mais où est donc Carnior?.

«Ça fait quatre tournées qu'on le cherche, et on ne l'a toujours pas trouvé!»

Évidemment, les Dales Hawerchuk ne pouvaient pas passer à côté de leur classique éponyme, qu'ils ont dédié à Samuel Girard, le jeune hockeyeur natif du coin. Faut-il rappeler que Dale Hawerchuk est un joueur canadien s'étant illustré dans la Ligue nationale de hockey?

Avant de céder leur place à Fred Fortin, le groupe complété par Charles Perron à la basse n'a pas résisté à la tentation d'un rappel pour les spectateurs enthousiastes. Heure de tombée oblige, on ne pourra pas dire dans ces lignes si Fred Fortin s'est rendu jusque là, mais on se doute bien que oui.

Quoi qu'il en soit, l'auteur-compositeur-interprète de Saint-Prime était bien «fier» de présenter les Dales comme ses amis, après avoir entonné quelques chansons. Notons 10 $ de son cinquième album solo Ultramarr, qui lui a valu le Félix d'Auteur ou compositeur de l'année au gala de l'ADISQ. Dans le matériel de 2009 de Plastrer la lune, le public a notamment plongé dans l'histoire de Madame Rose. La virée dans l'univers musical de Fred Fortin s'est prolongée bien après 23h. Pour les intéressés, il sera au Bistro de l'Anse à L'Anse-Saint-Jean vendredi soir.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer