L'énergie contagieuse de Metric

La plupart des pièces jouées par Metric, vendredi... (Le Progrès, Michel Tremblay)

Agrandir

La plupart des pièces jouées par Metric, vendredi soir, débordaient d'énergie.

Le Progrès, Michel Tremblay

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les membres du groupe canadien Metric ont enflammé la scène de la Zone portuaire, vendredi soir, lors de leur spectacle présenté dans le cadre des activités du Festival des bières du monde.

Un peu plus de 2500 personnes se sont rassemblées pour écouter les pièces de rock alternatif présentées par les musiciens. Dès leur entrée sur scène, la foule s'est mise à crier, et dès les premiers instants de la chanson d'ouverture, Black Sheep, la majeure partie des spectateurs sautaient sur le rythme de la musique.

En fait, l'énergie de la chanteuse du groupe, Emily Haines, était contagieuse. Lorsqu'elle n'était pas à son clavier, décoré d'un tissu recouvert de paillettes et de fourrures, Emily Haines sautait, tournait et virevoltait un peu partout sur la scène.

La plupart des pièces jouées par Metric, vendredi soir, débordaient d'énergie. Les spectateurs, dont une bonne partie connaissait très bien les paroles des chansons, ont pu se défouler en sautant, tapant des mains et des pieds, agitant les bras dans les airs et hochant la tête.

Le groupe a enchaîné chanson après chanson, prenant peu de temps pour s'adresser aux spectateurs, puisant dans tous leurs albums, dont Synthetica, Live it Out et Fantasies, entre autres. Metric a notamment présenté les pièces Youth without Youth, Monster Hospital et Twilight Galaxy.

« Merci beaucoup ! Merci, merci ! », a mentionné Emily Haines, en français, lorsqu'elle s'est finalement adressée au public.

Heure de tombée oblige, Le Progrès a dû quitter avant la fin du spectacle.

Des centaines de personnes se sont rendues à... (Le Progrès, Michel Tremblay) - image 2.0

Agrandir

Des centaines de personnes se sont rendues à la Zone portuaire pour aller découvrir les bières présentées au Festival des bières du monde, vendredi soir.

Le Progrès, Michel Tremblay

Le soleil et les festivaliers prennent place

Heureusement pour le Festival des bières du monde, le mauvais temps qui planait sur le Saguenay pendant la journée a laissé place au soleil, vendredi soir, pour la deuxième journée de l'événement. Plusieurs citoyens ont profité du retour de la belle température pour aller découvrir et déguster des bières, des cocktails et de la nourriture.

Lors du passage du Progrès, en début de soirée, il était difficile de se promener dans la zone du site réservée aux brasseurs. Des centaines de personnes, un verre à la main, discutaient entre amis, sirotaient une bière ou écoutaient les conseils et les commentaires des experts.

« La journée a commencé avec des orages et de la pluie, alors il n'y avait pas beaucoup de monde, mais maintenant, ça se remplit pas mal ! Ça commence à brasser ! On a une belle soirée en perspective, avec un beau spectacle aussi », mentionne Guillaume, un employé du festival, rencontré par Le Progrès vers 19 h 30.

« On n'a pas été super chanceux dans la température jusqu'à présent, mais ça s'annonce bien pour ce soir (vendredi). Et on a eu un meilleur jeudi soir que l'année dernière, alors notre départ est meilleur. En fait, au Festival, on marche surtout avec des forfaits en prévente, et il s'est vendu plus de forfaits cette année que les années précédentes, alors il faut s'attendre à ce que ces gens viennent ! », mentionne le directeur général de l'événement, Robert Hakim.

Même si l'heure des bilans est loin d'être venue, M. Hakim est très optimiste pour la neuvième édition de son festival. Selon lui, il annonce du beau temps pour toute la fin de semaine, plusieurs milliers de billets ont été vendus pour le spectacle de Sum 41, samedi soir, et les nouveautés sont très appréciées des festivaliers.

« Cette année, on a aménagé une nouvelle zone. On s'est fait dire souvent qu'il y avait trop de monde et que c'était difficile de se déplacer sur le site. Dans un événement comme celui-là, trop c'est comme pas assez. Il faut qu'on puisse circuler, qu'on puisse arriver jusqu'aux kiosques et prendre le temps de discuter avec les brasseurs pour se faire expliquer la bière qu'on va boire. Avant, c'était difficile de se faire servir. Maintenant, avec la nouvelle zone, on a beaucoup plus de fluidité sur le site », explique Robert Hakim.

En neuf ans, il n'y a eu aucun incident et aucun débordement au Festival des bières du monde causé par des personnes qui décidaient de prendre un peu trop d'alcool.

« Je crois qu'on est un événement non seulement écologique, avec nos nouveaux verres réutilisables, mais responsable. On remet soit une bouteille d'eau, soit un café, soit une boisson gazeuse, ou une bière sans alcool aux chauffeurs désignés. On ne laisse pas les gens partir sous l'influence de l'alcool. Ce sont des gens très responsables qui viennent profiter du festival », conclut M. Hakim.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer