Avec Bond, tout peut faire rire

Phillipe Bond... (Photo Le Quotidien, Gimmy Desbiens)

Agrandir

Phillipe Bond

Photo Le Quotidien, Gimmy Desbiens

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Philippe Bond est capable de faire du moindre petit moment une anecdote savoureuse, voire hilarante. Mercredi, à Festirame, l'humoriste a fait honneur à sa réputation et a déridé la foule de 6000 personnes réunies pour le seul spectacle d'humour de la programmation.

Arrêté à l'Étape en après-midi, Philippe Bond s'est immédiatement fait interpeller... ou plutôt envoyer promener !

« Regarde Céline il ressemble au gars des 400 coups.

- C'est moi.

- Va donc chier », lui a répondu son interlocuteur.

« À peine arrivé, je me faisais déjà envoyer chier. Je me suis dit que ça allait être toute une belle soirée ça ! (...) J'ai même pas besoin d'écrire, moi, il m'arrive des affaires tout le temps ! », dira Philippe Bond en début de spectacle.

De la manière d'atchoumer de son père à sa manie de brasser son change dans ses poches, en passant par les « rotes sur le côté » de ses oncles aux exercices physiques de ses grands-parents de 93 ans, Bond est capable de rendre le moindre moment drôle. Et il interagit avec le public. Le jeune Félix-Antoine Simon (« le garçon aux trois prénoms »), de Saint-Félicien, va se souvenir longtemps de son spectacle. Le beau petit blond est monté sur scène. Puis Philippe Bond a tenté de lui trouver une blonde dans l'assistance.

Justement, Juliette, de Delisle, aussi âgée de dix ans, était sur place. « Saint-Félicien-Delisle, as-tu un becyk, Félix-Antoine ? » Bond a finalement signé un poster pour les deux « tourtereaux ». Sur celui de Félix-Antoine, on peut lire « Fais ton lit je te regarde ». Tandis que Juliette a hérité de « Bonne chance avec Félix-Antoine ». « Félix-Antoine, le tien je l'ai roulé ben serré... ça tu vas apprendre ça au Cégep. »

La dernière fois que Philippe Bond avait pris part à Festirame, c'était à sa sortie de l'École nationale de l'humour. D'ailleurs, mercredi, il a fait une pré-première partie, racontant quelques anecdotes, afin de réchauffer le public pour la véritable première partie, faite par Derrick Frenette. « Je veux que vous le fassiez triper comme j'ai tripé il y a dix-quinze ans », a demandé Bond à la foule. Le public a bien répondu, la prestation de Frenette étant bien rodée et efficace.

Jeudi soir, ce sera au tour de Bod'haktan de monter sur la scène Pacini.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer